Introduction à l'article

L'article présente les effets potentiels de la chasse sportive sur les populations d'animaux chassés. Ces effets sont représentés par 4 questions :
-1 : La chasse peut-elle altérer les flux géniques entre populations voisines ?
-2 : La chasse peut-elle augmenter la dérive génétique par la baisse de population ?
-3 : La sélection intentionnelle de certains traits par les chasseurs peut-elle réduire la fitness des populations ?
-4 : Des pressions de sélection non intentionnelles, généralement dues à une gestion des populations basée sur des critères uniquement démographiques, peuvent-elles avoir des conséquences inattendues ?

Expériences de l'article

L'article est une review qui synthétise ce qui a été fait précédemment sur les implications génétiques de la chasse sportive sur les vertébrés terrestres.
Trois questions sont soulevées mais les réponses sont susceptibles de varier selon les espèces, et la géographie :
-dans quelles conditions l'altération du flux génétique entre les subdivisions de population résultant de la chasse est-elle suffisante pour causer des problèmes ?
-la chasse sélective cible-t-elle plus les individus hétérozygotes que ne le fait la chasse non sélective, et si oui, est-ce que cela réduit l'hétérozygotie dans la population ? *(voir rubrique remarques)
-quelle est l'importance de la reproduction des mâles subalternes, et comment cela change sous divers régimes de chasse ?

Résultats de l'article

Les changements démographiques induis par la chasse se manifestent à une échelle de temps plus courte que les changements génétiques, qui peuvent nécessiter un grand nombre de générations et sont par conséquent difficiles à détecter. Les auteurs préconisent un maintient de la diversité génétique et une influence plus proche des pressions de sélection naturelles en tenant compte des classes d'âge des animaux. Selon eux, de tels régimes de chasse altèrent peu les fréquences alléliques, risquent peu de provoquer l'extinction de gènes rares et limitent les rapports de sexes trop asymétriques.

Ce que cet article apporte au débat

L'article cible les principaux phénomènes et questions concernant l'impact de la chasse sur les populations d'animaux chassés et met en évidence le fait que les conséquences de la chasse sont très variables et donc difficiles à interpréter.

Remarques sur l'article

Cet article tient compte de l'impact de la chasse au niveau des populations d'animaux chassés. Il est nécessaire de compléter la bibliographie par des articles traitant de l'impact de la chasse à l'échelle d'écosystèmes.

*L'hypothèse de la limitation de la consanguinité par une chasse raisonnable repose sur l'idée que l'élimination des mâles dominants reproducteurs (qui sont souvent cibles de la chasse aux trophées, notamment chez les ruminants) permet aux mâles subalternes de se reproduire, et donc la mise en place d'un turn over au sein des mâles reproducteurs, réduisant ainsi la consanguinité.

Publiée il y a environ un an par M. Ducros.
Dernière modification il y a environ un an.
En savoir plus sur la référence