Expériences de l'article

Etude statistique pour corréler l’ingestion de régulière de différentes quantités de café, thé ou alcool avec le développement d’une cirrhose, alcoolique ou non, à échéance de 30 ans ainsi que le taux de deux enzymes (AST et ALT).

Résultats de l'article

La corrélation est négative avec la cirrhose alcoolique pour le café, mais il n’y en a pas pour le thé : la caféine n’est donc pas la molécule active. La consommation de café étant elle-même corrélée positivement à celles d’alcool et de tabac, ces résultats doivent être pris avec une grande prudence, d’autres études ayant relevé des résultats contradictoires. Il n’y a pas de corrélation pour la cirrhose non alcoolique. Les niveaux d’enzymes hépatiques dans le sang sont anticorrélés à la consommation de café.

Rigueur de l'article

Selon les auteurs eux-mêmes, le caractère observatoire des données et l’absence d’identification d’un mécanisme empêchent toute interprétation en termes de cause et effet, et il n’y a pas d’implication thérapeutique. La meilleure façon de prévenir la cirrhose du foie consiste à limiter la consommation d’alcool.

Ce que cet article apporte au débat

Une justification pour une étude fondamentale sur les interactions café-alcool avec le foie.

Publiée il y a plus de 4 ans par H. Pitsch.
Dernière modification il y a plus de 4 ans.
En savoir plus sur la référence