Résumé de la review

Cette review expose d'abord les bénéfices que procurent les pesticides (en différenciant bien les herbicides, insecticides, ...) : augmentation de la productivité par réduction des pertes dues aux mauvaises herbes (herbicides pourvoient des bénéfices économiques et de labour), maladies (par éradication de leurs vecteurs) et insectes nuisibles. Ils permettent aussi une augmentation de la qualité de la nourriture. Ce sont donc surtout des bénéfices économiques.

Puis, la review montre les dangers des pesticides, dont l'impact direct sur l'humain (immunosuppression, problèmes hormonaux et neurologiques, cancer, etc) par pollution des tissus due à une contamination des milieux (eau de surface et nappes phréatiques, sols) et à une contamination des légumes/fruits qui sont produits avec. La quantité de résidus des pesticides excède bien souvent le seuil limite européen de résidus autorisés ("MRL" en Anglais). En ce qui concerne la santé humaine, l'impact des pesticides reste tout de même difficile à déterminer car de nombreuses autres variables rentrent en jeu (âge, sexe, statut socio-économique, etc).
Cependant de telles contaminations de l'environnement ont des effets toxiques non seulement sur l'air/pluie/brouillard/neige, l'eau, les sols (mort des microorganismes et champignons, changement de pH, baisse de fertilité) mais aussi sur des espèces non-ciblées : micro-organismes du sol, plantes terrestres et aquatiques, insectes, poissons, oiseaux, etc. En plus de leur volatilité, les pesticides sont souvent persistants dans l'environnement et sont ainsi bioaccumulés par les organismes. C'est donc tout le réseau trophique qui est touché.

Rigueur de la review

Bien que cela ait ses avantages, cette review est centrée sur l'Inde : mais quand est-il alors des pays développés qui ont "plus de moyens"? (meilleure gestion des produits?, des risques?, des dégâts?, normes plus strictes? )

Ce que cette review apporte au débat

Bien que les pesticides apportent un avantage économique (amélioration des rendements et de la qualité des produits), si l'on s’intéresse aux impacts indirects ils ont un coût très élevé.
En effet, le coût de l'impact des pesticides sur les espèces non-cibles, dont l'Homme, s'élève à un peu moins d'une dizaine de milliards de dollars par an dans les pays en développement. Pourtant ce qu'il est important de comprendre, c'est que pour ces pays l'utilisation des pesticides est un risque à prendre pour éviter la famine et les maladies (eg. malaria).
Cette review souligne donc très justement le dilemme que pose l'utilisation des pesticides pour les pays en voie de développement surtout.
Elle introduit par conséquent la nécessité de trouver des moyens de lutte, efficaces et aussi rentables que les pesticides mais qui aient également moins d'impact sur l'environnement et sur les espèces non-cibles. La lutte biologique pourrait donc être un bon candidat à leur substitution(exemple).

Publiée il y a plus de 3 ans par O. Tournayre.
Dernière modification il y a plus de 3 ans.
En savoir plus sur la référence