Introduction à l'article

Il y a 10 ans, le barcoding d’ADN a été proposé comme méthode standard pour l’identification d’espèces et l’accélation de la découverte de nouvelles espèces ; l’approche taxonomique traditionnelle étant longue et complexe . Pourtant, malgré ses nombreux succès pour beaucoup de taxons, les échecs fréquents de barcoding remettent en cause sa précision en tant que méthode idéale. Pour évaluer le potentiel du barcoding, cette étude utilise ici une approche rétrospective en appliquant cette méthode à la classification des scinques de Nouvelle Zélande établie en 1977 (basée sur des caractères morphologiques), et en la comparant à la taxonomie actuelle basée sur des approches morphologiques et moléculaires.

Expériences de l'article
Résultats de l'article

Pour le jeu de données de 1977, le barcoding a eu un succès moyen à élevé pour l’identification de spécimens (78-98%), et a distingué correctement les spécimens confirmés comme taxons distincts (77-100%). Mais la plupart des méthodes d’appariement n’ont pas pu détecter les complexes d’espèces présents en 1977. Pour le jeu de données actuel, le barcoding a aussi eu un assez bon succès pour l’identification de spécimens (53-99%). Pour les deux jeux de données, la capacité à découvrir de nouvelles espèces dépend de la méthodologie utilisée. La délimitation des espèces a été entravée par l’absence d’un barcoding gap (local ou global), du fait de spéciations récentes et d’hybridations.

Rigueur de l'article

Utilisation et comparaison de plusieurs méthodes pour la découverte et l’identification d’espèces, afin de déterminer la quelle est la plus précise et la plus fiable selon l’objectif posé.

Ce que cet article apporte au débat

Cette étude sur les scinques de Nouvelle Zélande montre un regard partagé sur la validité du barcoding en tant qu’outil taxonomique :

Malgré la potentielle utilité du barcoding pour l’identification de spécimens et la découverte d’espèces, son taux d’erreur pourrait entraver le progrès de la documentation de ce groupe. Cela proviendrait notamment de l’approche traditionnelle du barcoding basée seulement sur le COI. Les approches taxonomiques intégratives (caractéristiques morphologiques, ajout d’ADN mitochondrial ou de gènes nucléaires) seraient plus efficaces pour la découverte et la description de la biodiversité.

Publiée il y a plus de 3 ans par MarilouH.
Dernière modification il y a plus de 3 ans.
En savoir plus sur la référence