Résumé de la review

Cette review se positionne comme une source de connaissances sur l'orientation sexuelle pour les politiques du monde entier. De manière générale, les politiques individuelles des différents pays sont corrélées avec leurs visions des causes de l'orientation sexuelle, et la divergence existe principalement entre les pays occidentaux et les autres. On oppose ainsi les hypothèses "sociale" et "non-sociale". L'hypothèse non-sociale est en fait soutenue par plus de preuves : non-conformité de genre à l'enfance, influences génétiques, effet des frères plus âgés sur les hommes, et le fait que les garçons changés socialement et chirurgicalement en filles demeurent attirés par les femmes. Les causes les plus communes de l'hypothèse sociale sont de faible magnitude et recoupées par de nombreux facteurs confondants.
Les faits scientifiques sont souvent utilisés pour attaquer ou défendre les droits des gays (Horton, 1995; Pitman, 2011; Sprigg, 2012), et il est donc important de contrôler l'objectivité des auteurs.

I Les biais liés aux études et à leur comparaison

La mesure de l'orientation sexuelle. Un des biais des études sur l'orientation sexuelle est la mesure de celle-ci. Par exemple la bisexualité n'est pas toujours prise en compte. De plus, il existe plusieurs méthodes de mesure répandues dans les études, qui deviennent alors difficilement comparables (e.g. auto-déclarations sur questionnaire[1][2][3][4][5], mesures génitales).

Le phénomène de fluidité sexuelle. Plus répandue chez les femmes, la fluidité sexuelle est la flexibilité du désir sexuel selon le contexte (soit pour des hommes, soit pour des femmes) (Diamond, 2009).

L'influence culturelle et temporelle. Les catégories d'orientation sexuelle sont spécifiques au contexte spatio-temporel et à la culture (Blackwood & Wieringa, 1999; Boswell, 1982/1983; Murray, 2000; Nanda, 2014; Norton, 1997). La considération de traits indépendants du contexte, comme la deep structure peut toutefois permettre des comparaisons inter-culturelles (Vasey & VanderLaan, 2014).

II Les causes de l'homosexualité

L'homosexualité animale. Des expériences sur l'orientation sexuelle des animaux permettent l'avancée des connaissances sur celle de l'Homme. En effet, l'Homme n'est pas l'unique animal chez lequel on retrouve des relations de même sexe. Toutefois, si ce genre de relations a pu être observé chez des centaines d'espèces (Bagemihl, 1999), elle n'est routinière que chez une petite proportion d'entre elles (Sommer & Vasey, 2006). L'homosexualité exclusive pendant toute la vie d'un individu est extrêmement rare, et n'est documentée que chez Ovis aries (Perkins & Fitzgerald, 1997).

Les hormones. L'hypothèse hormonale a longtemps été privilégiée. Si plusieurs éléments lui sont favorables, elle n'explique pas tout et demeure difficile à prouver, notamment d'un point de vue éthique sur l'Homme. L'hypothèse organisationnelle est la principale. Elle ne concerne pas uniquement l'orientation sexuelle, et considère que celle-ci est influencée par l'effet précoce et irréversible des hormones, en particulier la testostérone.

Les gènes. Les études de l'influence des facteurs génétiques dans la détermination de l'orientation sexuelle peuvent être séparées en deux groupes. Les études de jumeaux s'intéressent à la quantification de l'importance des gènes vis-à-vis de l'environnement : la génétique a probablement bien une influence, mais celle-ci n'est pas majoritaire[6]. La génétique moléculaire vise à identifier les gènes impliqués, et on recense notamment des hypothèse liées au chromosome X[2][1][7]. Il y a deux principales hypothèses concernant le maintien de l'homosexualité chez l'homme : la sélection de parentèle [4][5][3]et la théorie de la femme fertile[2][1].

L'environnement social. On retrouve dans cette catégorie les hypothèses de recrutement/séduction par un non-hétérosexuel et l'influence de parents non-hétérosexuels.

l'environnement non-social. L'effet des frères plus âgés, le plus communément cité[8], dépend uniquement des frères biologiques (Bogaert, 2006).

Rigueur de la review

Les auteurs se considèrent comme très bien placés pour écrire cet article, qu'ils envisagent comme une notice pour les législateurs du monde : "Collectively, we are well positioned to write such an article, given that the five first authors conduct complementary programs of research that inform on the science of sexual orientation and the last author has published extensively on nonheterosexuality in Africa.". Aussi, le travail bibliographique est vaste (plus de 300 réferences), et les auteurs s'efforcent de mettre en lien les différents domaines d'étude pour en tirer un message général et objectif.

Ce que cette review apporte au débat

Le sujet de l'orientation sexuelle est très sensible politiquement, cette review nous met notamment en garde sur la difficulté de ces études, qui peuvent être influencées par la politique des pays, et inversement. Aussi, l'orientation sexuelle n'étant pas un caractère discret (bien qu'elle soit souvent considérée ainsi), il est important de comprendre les mécanismes de fluidité sexuelle et les méthodes de mesure dans les études. L'orientation sexuelle mesurée sur un même individu peut varier selon la méthode employée et le contexte. En synthétisant les résultats des études sur des jumeaux, les auteurs concluent en une influence réelle mais non-majoritaire des facteurs génétiques vis-à-vis de l'environnement (lire aussi Zietsch _et al. _(2012)). Ils n'hésitent pas non plus à retranscrire les doutes émis sur les différentes théories, et l'histoire de ces dernières. Cela nous permet de replacer les autres références étudiées dans leur contexte global, et d'estimer leur impact sur les connaissances.

Remarques sur la review

Il s'agit d'une review de 2016 de 44 pages, rassemblant plus de 300 références. Elle constitue une base solide pour notre controverse, notamment parce qu'elle nous renseigne sur l'état de plusieurs débats en 2016. Apostolou (2016) la conseille notamment à ses lecteurs, en tant que revue la plus complète et récente. Cette review couvrant une vaste gamme de sujets dans le détail, seules les informations qui concernent directement notre controverse sont résumées ici.


Cette référence cite 3 autres références. Cette référence est citée par 1 autre référence.
Publiée il y a presque 2 ans par A. Champreux et al.
En savoir plus sur la référence