Résumé de la review

1-Méta-analyse sur l'ordre de naissance et orientation sexuelle (quantifie la relation statistique entre les frères par méta-analyse)
Pour chaque groupe d'individus, ils ont étudié : le nombre de frères et sœurs plus âgés, de frères et sœurs plus jeunes par sujet. On constate ainsi que le groupe moyen d'homosexuels a davantage de frères et de sœurs plus âgés par rapport à un groupe d'hétérosexuels et que la taille moyenne d'une famille n'a pas de différence significative. De plus les homosexuels ont davantage de frères cadets que de sœurs jeunes mais des études par régression logistique ont montré qu'il n'y avait pas de tendance pour que les homosexuels aient plus de frères cadets que les hétérosexuels.
Par l'étude du sexe ratio des grands et jeunes frères et sœurs des hétérosexuels et des homosexuels, ils ont montré que ce ratio était différent chez les homosexuels qui ont un excès de frères plus âgés.
L'ordre de naissance n'a aucune répercussion sur l'orientation sexuelle chez les femmes. Ainsi il n'y a qu'un effet fraternel.

2-Ordre des naissances
Les homosexuels sont plus petits à la naissance quand ils ont au moins deux frères aînés mais il n'y a pas de différence observée quand ils n'ont pas de frères. Cela souligne bien un mécanisme lié à l'ordre des naissances et donc que potentiellement l'homosexualité se fait au niveau prénatale. D'où la théorie d'une réponse immunitaire acceptée par Purcell et, al 2000 mais refusé par Wellings et al, 1994. Il se pourrait qu'il y ait un effet dose, ce qui expliquerait que tous les cadets ne soient pas forcement homosexuels.
Ce caractère n'est retrouvé que chez les hommes. Les filles et garçons nouveaux nés sont plus légers quand ils ont des frères aînés mais pas des sœurs aînées.

3-La fraction attribuable à la population : PAF
C'est la proportion d'homosexuels dont on peut attribuer l'orientation sexuel par l'ordre des naissances fraternels. Ils ont mis au point deux méthodes de calcul du PAF avec différentes p-value, limites (confiances). Dans les deux cas, ils constatent que la proportion d'homosexuels hommes avec une orientation liée à l'effet fraternel reste minimal mais pas négligeable.

7-L'hypothèse de la Réponse immunitaire maternel
La mère va avoir une réponse immunitaire liée à l'antigène Y. Elle va produire des Ac anti-Y pouvant franchir la barrière placentaire qui vont interférer très tôt au niveau du cerveau avec la voie de signalisation pour devenir un mâle ( effet de neutralisation probable: interaction possible avec des molécules impliquées dans la formation d'hormones sexuels). Elle aura une immunisation progressive durant ces grossesses de fœtus mâles. La présence d'Ac (pas anti-Y) au niveau du cerveau cause des problèmes mentaux aux fœtus (autisme, baisse du QI...). Donc pourquoi n'y aurait-il pas des Ac causant l'homosexualité?
Cette hypothèse explique : pourquoi ce phénomène est spécifique aux hommes , le poids plus faible des nouveaux nés (expérience faite sur des animaux). Mais il doit également y avoir d'autres mécanismes (gènes polymorphiques, hormones prénatales spécifiques) pour expliquer l'homosexualité d'hommes n'ayant pas beaucoup voir pas de grand frères (ces individus n'ont pas un poids plus faible à la naissance, donc pas de cause immunitaire). De même, cela n'explique pas pourquoi des hommes peuvent être hétérosexuels alors que leurs frères cadets sont homosexuels Green 2000.

D'autres hypothèses sont étudiées : (1) les cytokines anti-inflammatoires peuvent également être impliquées suite à un stress maternel. (2)Les Ac anti-Y altèrent le milieu hormonal du fœtus par élargissement du placenta qui est un organe endocrinien (sa taille affecte la sortie d'hormones). (3)Des facteurs épigénétiques peuvent affecter le développement du cerveau contrôlant l'orientation sexuelle.

Rigueur de la review

Cette review ne fait pas le résumé d'études individuelles mais regroupe les données de ces études pour les analyser. Ainsi il y a un très grand échantillonnage qui permet de se rapprocher de résultats plus significatifs. Cependant il doit donc y avoir un biais lié à l'objectivité même s'il remet en question certaines de ces analyses.
Cette review cite énormément d'autre travaux mais qui ne sont pas récents.

L'hypothèse de l'immunisation maternelle semble être plausible puisque d'autres théories d'immunisations maternelles existent, telles que pour la maladie HDN : maladie hémolytique du nouveau né avec une réaction d'incompatibilité liée au Rhésus. Cette hypothèse a été étudiée par de nombreux auteurs.

Ce que cette review apporte au débat

Cet article expose la théorie de l'implication de l'ordre des naissances dans l'orientation sexuelle. Plus particulièrement l'augmentation du nombre de frères plus âgés augmenterait les chances que les frères plus jeunes soient homosexuels. Cela serait lié à une réponse immunitaire de la mère qui deviendrait immunisée contre les antigènes de fœtus de sexe masculin. Cette réaction des antigènes du fœtus avec les anticorps maternels aurait des répercutions sur le développement du cerveau au niveau de la partie sexuelle. Cela a été étudié chez : Blanchard, 1997, 2001; Blanchard and Klassen, Mustanskiet al., 2002; Rahman and Wilson, 2003...

Publiée il y a environ 2 ans par P. Nogaret et collaborateurs..
Dernière modification il y a environ 2 ans.
En savoir plus sur la référence