Titre de l'article :

Effet hépatoprotecteur de la substance homéopathique Lycopodium clavatum (Lyc).


Introduction à l'article :

Lycopodium clavatum (Lyc) est une substance homéopathique utilisée lors de troubles du tube digestif et des organes accessoires, notamment au niveau du foie. Cela suggère que ce traitement pourrait être adapté à des cas d’hépatites causées par une overdose de paracétamol (Pct).

Expériences de l'article :

Trente rats divisés en six groupes ont été utilisés dans cette étude. Les animaux des groupes traités ont reçu pendant 8 jours un traitement Lyc 30CH (0.25mL/jour) puis une dose de 3g/kg de Pct le 8ème jour. Un groupe contrôle positif reçut le même traitement, en remplaçant Lyc 30CH par de l’éthanol 30%. Enfin, un groupe contrôle négatif reçut seulement 30% d’éthanol. Les animaux furent sacrifiés après 24 et 72h pour prélèvement de sang et de tissu. De plus, les taux d’enzymes sériques (aspartate-aminotransferase (AST) et Alanine-aminotransferase (ALT)) caractérisant une atteinte hépatique furent mesurés. Des analyses histologiques et morphométriques des foies ont également été effectuées.

Résultats de l'article :

D’après les auteurs, le taux de ALT pour les individus pré-traités par Lyc 30CH est plus faible 24h après injection par rapport aux contrôles positifs. De même, le traitement par Lyc 30CH semble diminuer la nécrose et l’inflammation dans le foie 24h après Pct. Cependant, ces résultats ne sont pas retrouvés 72h après. L’effet hépatoprotecteur semble donc modéré.

Rigueur de l'article :

Chaque groupe est constitué de 5 souris. La moitié environ est sacrifiée à 24h, et l’autre moitié à 72h après injection de paracétamol. Les statistiques sont donc effectuées sur 2 individus de chaque, soit, c’est souvent le cas lors d’étude murine car les contraintes expérimentales sont fortes. Cependant, le fait que les différents résultats ne soient pas statistiquement robustes n’autorise pas les auteurs à qualifier Lyc 30 CH d’hépatoprotecteur ; c’est clairement une exagération.

Ce que cet article apporte au débat :

Le titre est clairement exagéré. Cet effet hépatoprotecteur n’est pas retrouvé dans toutes leurs expériences, et à toutes les étapes de la “maladie”.

Publiée il y a plus de 5 ans par T. Lorin.
Dernière modification il y a plus de 5 ans.