Titre de l'article :

Les réintroductions des lynx dans des forêts fragmentées en Allemagne : Des projets avec un futur ou la conservation d'une faune mal connue?


Introduction à l'article :

Après une absence d'environ 100 ans. En raison d'un changement dans l’attitudes du public envers la faune, les réintroductions d'espèces ont été de plus en plus considérées. En Allemagne, les réintroductions de lynx ont fait l’objet d'un intense débat depuis les années 1970. Un exemple récent est la libération de lynx dans la forêt Harz en 2000. Les réintroductions, des carnivores en particulier, sont des processus extrêmement long, coûteux et complexes, et doivent donc être efficace. Le développement futur de la population de lynx et le succès de la réintroduction sont difficiles à évaluer, en raison de la grande exigence spatiale d'une population de lynx et parce que la dynamique des petites populations en expansion dans des paysages fragmentés ne sont pas bien comprises. Quel est le nombre minimum d'individus qui devraient être libérés ? Quels sont les facteurs conduisant à plus de mortalité lors du développement d’une population ? Ces questions restent sans réponses.

Expériences de l'article :

Dans les paysages fragmentés la contraction, la modification de l'habitat ainsi que le braconnage et les routes sont les principaux facteurs qui contribuent à l'échec des réintroductions leurs conséquences pour la dynamique des populations sont difficiles à évaluer. Des analyses de viabilité (PVA), qui utilisent des modèles démographiques intégrant différents aspects de l'écologie et du comportement des espèces concernées. Le but de cette étude est de fournir des lignes directrices pour l'évaluation des parcelles d'habitat (par exemple : la taille de l'habitat, le nombre et le sexe des individus, la connectivité entre les populations) avant que les animaux soient relâchés pour améliorer la réintroduction d'espèces. Le modèle se compose essentiellement d'un modèle de paysage, d’un modèle de dispersion individuel, d’un modèle de sélection d’habitat, et d’un modèle démographique.

Résultats de l'article :

Les résultats indiquent qu’une population viable est possible et que au moins 10 femelles et 5 mâles sont nécessaires pour le développement d’une population viable avec une probabilité d'extinction de moins de 5% en 50 ans. La meilleure stratégie de gestion pour le succès de la réintroduction serait de réduire la mortalité des individus dans les différentes parcelles. La faible connectivité entre les parcelles rend la réintroduction difficile et discutable dans le long terme. Il faut une longue période de temps avant de pouvoir évaluer le succès d’une réintroduction de plus des précautions doivent être prises pour maintenir la mortalité des adultes à un taux très bas. Selon les différentes parcelles doit être libéré un nombre différents d’individu (des deux sexes), selon la taille de la parcelle, la connexion aux autres parcelles ou la connexion entre les territoires des individus, le taux de mortalité (par rapports aux dispersion et aux route par exemple).

Ce que cet article apporte au débat :

Cette étude montre que les modèles de simulation sont des outils utiles pour établir l'efficacité des plans de réintroduction visant à accroître la viabilité de l'espèce. Elle nous montre aussi d'autres facteurs qui peuvent faire échouer une réintroduction, notamment des facteurs en rapport avec l'habitat choisie pour cette réintroduction ainsi que le degrés d'anthropisation des lieux. Il nous montrent aussi l'importance de la connaissance des comportements (interactions sociales, chasse, partage des territoires, reproduction...) des espèces relâchées.

Remarques sur l'article :

PVA (population viability analyses) peut être un outil précieux, la question fondamentale d'une PVA est : Quelles sont les conditions minimales pour la persistance à long terme et l'adaptation d'une espèce ou d'une population en un lieu donné ? Malheureusement, la PVA présente quelques inconvénients liés au paramétrage des modèles, ce qui rend les résultats incertain et peu fiable. L'utilité de la PVA est de comparer les différentes options de gestion. Ici ils montrent la façon dont différents scénarios de mortalité affectent la probabilité de réussite de la réintroduction d'une population de lynx.

Publiée il y a environ 8 ans par C.Soubiran.
Dernière modification il y a environ 8 ans.