Titre de l'article :

Pas de différence neurale entre les joueurs qui abusent de jeux vidéos violents et des sujets contrôle face à des images d'interactions sociales sensées générer de l'empathie


Rigueur de l'article :
  • L'échantillon étudié semble très très petit (15 individus par groupe) ce qui risque de nuire aux conclusions.
Publiée il y a plus de 3 ans par N. Clairis.
Dernière modification il y a plus de 3 ans.