Titre de l'article

La compétition entre les abeilles domestiques et les bourdons sauvages dépend du contexte du paysage.

Introduction à l'article

La diminution des populations d'abeilles sauvages a été attribuée à une combinaison de facteurs, notamment la perte et la dégradation de l'habitat. En outre, les abeilles domestiques ont été identifiées comme aggravant les menaces pesant sur les abeilles sauvages en épuisant les ressources alimentaires communes. De nombreuses études ont tenté d'évaluer les effets sur les abeilles sauvages de la concurrence avec les abeilles domestiques, mais les études expérimentales sont peu nombreuses et mal reproduites. La concurrence entre les abeilles domestiques et les bourdons peut être peu probable en Europe, d'où les deux taxons sont originaires. Des espèces d'abeilles multiples peuvent coexister parce qu'elles varient dans les attributs liés à la recherche de nourriture, ce qui résulte en un choix différentiel des fleurs.

Expériences de l'article

En 2012, les auteurs ont sélectionné 19 sites agricoles géographiquement séparés (de plus de 2,5 km) dans le sud de la Suède. Des parties de la conception ont été utilisées plus tôt dans la même année pour étudier la pollinisation du colza, et tous les sites étaient adjacents à un champ de colza desséché à l'automne.
Les auteurs ont sélectionné des sites avec des paysages environnants (une couverture terrestre hétérogène) de prairies semi-naturelles (définies comme non améliorées, pâturages permanents et prairies, gérées par le pâturage ou le fauchage) de toutes les terres agricoles.
Ils ont ajouté des ruches à neuf sites tout en assurant que dix sites supplémentaires en étaient exempts. Le paysage entourant chaque site géographiquement séparé à des proportions faibles (paysage homogène) ou élevé (paysage hétérogène) de prairies semi-naturelles.
Le suivi a été effectué de 8h30 à 18h, à des températures supérieures à 15°C et des vitesses de vent inférieures à 5 sur l'échelle de Beaufort.

Résultats de l'article

Les bourdons préfèrent les fleurs avec des tubes de la corolle légèrement plus courts que la longueur de leur langue, et la variation de la longueur de la langue permet la séparation des aliments. Les abeilles domestiques ont une langue courte par rapport aux bourdons.
L'abondance proportionnelle d'espèces de bourdons ayant de petites aires d'alimentation est plus faible sur les sites d'abeilles que sur les sites témoins dans des paysages hétérogènes, alors que les communautés de bourdons dans les paysages homogènes sont dominées par une seule espèce avec une longue aire d'alimentation, indépendamment de l'ajout d'abeilles.
Les auteurs ont trouvé que les abeilles domestiques affectent négativement les densités de bourdons uniquement dans les paysages homogènes. Ceci suggère une concurrence inter-spécifique lorsque les ressources de fleurs fournies par des habitats semi-naturels sont rares, pouvant être atténué en augmentant le nombre des prairies semi-naturelles (en milieu hétérogène).

Rigueur de l'article

La plupart des bourdons dans les paysages homogènes observés (75% des individus identifiés d'une valeur) sont des Bombus terrestris.
Cependant, la limitation de la nourriture ne peut être trouvée dans aucune de ces méthodes. Ainsi, les changements agricoles, qui entraînent la perte d'habitats semi-naturels et la perte conséquente de ressources florales, peuvent modifier les conditions de coexistence des abeilles et des bourdons. Cela n'a pas été examiné.

Ce que cet article apporte au débat

Cet article explique que les abeilles peuvent avoir un impact sur les densités de bourdons, mais que l'hétérogénéité du paysage a modifié cet effet. De plus, les espèces de bourdons diffèrent dans les caractères liés à l'alimentation, ce qui pourrait affecter la façon dont ils réagissent à la coexistence avec les abeilles.
En ajoutant des abeilles domestiques supplémentaires, la densité enbourdons est réduite, en particulier dans des paysages homogènes et pour les espèces à langue courte ou à petites aires de nourrissage.

Remarques sur l'article

La concurrence entre les abeilles domestiques et les bourdons peut être peu probable en Europe où les deux taxons sont originaires.
Des espèces d'abeilles multiples peuvent coexister parce qu'elles varient dans les attributs liés à la recherche de nourriture, ce qui résulte en un choix différentiel des fleurs. Cependant, la limitation de la nourriture ne peut être trouvée dans aucune de ces méthodes .

Publiée il y a plus d'un an par limanihanane et J. Maugoust.
Dernière modification il y a plus d'un an.
Article : Competition between managed honeybees and wild bumblebees depends on landscape context