Titre de l'article

L’augmentation de la densité des colonies d’abeilles mellifères affecte le butinage des bourdons.

3 Voir les autres contributions sur ce point
Introduction à l'article

Le nombre croissant d'espèces d'abeilles sauvages menacées met en évidence la nécessité de quantifier les effets néfastes potentiels des abeilles domestiques. Ici, les auteurs ont analysé la réponse de bourdons autochtones à une augmentation expérimentale de la densité d'abeilles domestiques Apis mellifera. L'étude a été réalisée sur un champ de Phacelia tanacetifolia et des parcelles adjacentes de plantes sauvages.
Ces auteurs ont abordé 3 questions principales :

  • une augmentation de la densité des colonies d'abeilles mène-t-elle des densités plus élevées chez les communautés de butineurs?
  • les abeilles exploitent-elles de petites parcelles de fleurs sauvages lorsqu'une ressource comme P. tanacetifolia est disponible, sachant que les abeilles sont supposées se concentrer sur les ressources les plus profitables?
  • comment les différents groupes de bourdons répondent à une concurrence accrue sur les parcelles de fleurs sauvages ?
2 Voir les autres contributions sur ce point
Expériences de l'article

L'expérience a été réalisée en juillet et août 2001 dans le paysage du bassin «Amoeneburger Becken» (Hesse, Allemagne). La densité des abeilles a été modifiée en plaçant des colonies dérivées d'Apis mellifera ligustica sur le champ. Les colonies ont été transportées au champ tôt le matin et les abeilles ont été autorisées à ajuster leurs activités de butinage pendant une journée entière avant le début du comptage. Pour le traitement témoin, Les colonies ont été déplacées à une distance d'environ 18 km. Le nombre de colonies locales d'abeilles dans un rayon de 5 km entourant le champ expérimental a été enregistré avant le début de l'expérience.
Les densités d'abeilles domestiques et de bourdons ont été comptées dans un cadre de 1m2. Les comptages ont été effectués à des températures supérieures à 15 ° C dans 3 à 5 séries par jour, et ont été interrompus en cas de pluie ou de vent orageux.

2 Voir les autres contributions sur ce point
Résultats de l'article

Les observations doivent être effectuées au niveau de l'espèce pour montrer que la compétition entre les ressources est bel et bien un phénomène réel. Bien que des facteurs tels que la quantité et la qualité des ressources florales, la teneur en nectar, la composition du nectar, et la profondeur de la corolle peuvent contrôler la compétition locale entre les butineuses .
Dans des conditions de pénurie alimentaire, les effets néfastes des fortes densités locales d'abeilles domestiques sur les populations d'abeilles sauvages ne peuvent être exclus.
De plus, les paysages modernes pauvres en fleurs causent des problèmes à l'apiculture non-migratoire. Les lacunes saisonnières dans la disponibilité des fleurs affectent non seulement le rendement en miel, mais peuvent également influencer la santé des colonies.

2 Voir les autres contributions sur ce point
Rigueur de l'article

Des différences dans les séquences de traitement n'ont pas pu être évitées en raison de la période de floraison complète relativement courte de Phacelia et parce que des conditions météorologiques égales devaient être maintenues pour tous les traitements.
L'objectif était d'étudier la compétition à l'échelle du paysage. Ceci est très difficile, car ce niveau de résolution spatiale ne permet pas de contrôler tous les facteurs multi-échelles influençant l'abondance des abeilles butineuses. Cependant, les études sur la mesure des effets de la concurrence doivent à la fois être étendues à l'échelle du paysage et se faire sur le long terme plutôt que de se restreindre à des observations du cycle de la colonie de quelques semaines seulement.

3 Voir les autres contributions sur ce point
Ce que cet article apporte au débat

Cet article permet de présenter le fait qu'une installation incluant l'ajout de plusieurs colonies d'abeilles exogènes à l'écosystème de base (de 20 à plusieurs centaines de colonies dans le cas de l'apiculture) est nuisible aux espèces s'y trouvant déjà. Ainsi, même si aucune compétition agressive n'a été montrée, lorsque les abeilles domestiques sont présentes les espèces autochtones pouvant se déplacer sur de longues distances sont repoussées plus loin de leur ruche et de leur aire de burinage préférentiel (ou habituel). En ce qui concerne les espèces ne butinant qu'à proximité de leur nid, les auteurs en viennent même à supposer qu'elles sont menacées de disparaître étant donné que la nourriture qui se trouvait à leur proximité est épuisée.
Ces impacts peuvent être réduits par une biodiversité accrue des végétaux (le lotus, inintéressant pour les abeilles, représentait dans ce cas, une ressource "de repli" pour les bourdons).

Remarques sur l'article

Etant donné que l'introduction de 20, 50 ou même plusieurs centaines de colonies est plutôt récurrente lorsque les apiculteurs modernes déplacent les ruches à de nouveaux endroits, la réponse spatiale modérée des bourdons à courte langue affichée pour une addition expérimentale de 10 ruches pourrait fortement augmenter sous une apiculture intensive.
Les auteurs finissent par dire qu'à l'échelle de leur publication, la compétition est évitée par des réorientations spatiales et pas par des variations temporelles. Il est à noter cependant que les effets de déplacements de localité peuvent en fait avoir pris place avant le commencement de l'expérience.

Publiée il y a presque 2 ans par limanihanane et collaborateurs..
Dernière modification il y a presque 2 ans.
Article : Increased density of honeybee colonies affects foraging bumblebees
  • 1 1
  • Auteurs
    Walther-Hellwig, K., Fokul, G., Frankl, R., Büchler, R., Ekschmitt, K., & Wolters, V.
  • Année de publication
    2006
  • Journal
    Apidologie, Springer- Verlag
  • Abstract (dans sa langue originale)

    The increasing numbers of endangered wild bee species highlights the need for quantifying potential adverse effects of foraging honeybees. We analysed the response of bumblebees at genus and species level to experimentally increased honeybee density. The study was carried out on a Phacelia tanacetifolia field and adjacent patches of wild plants located in an agricultural landscape. Addition of one or ten A. m. ligustica colonies substantially increased total honeybee density not only on_ Phacelia_ but also on neighbouring patches of wild plants. The response of bumblebees (Bombus spp.) differed among species. Only minor spatial changes in the abundance of the short-tongued B. terrestris-group were observed on Phacelia. At wild plant patches, the B. lapidarius-group and the longer tongued bumblebee species (B. muscorum, B. sylvarum, B. pascuorum) responded with a shift between plant species. Limitations of competition avoidance in flower-impoverished landscapes are discussed.

  • Identifiant unique
    10.1051/apido:2006035
  • Accès libre
    Accéder à la référence
  • Apparait dans la controverse
    Apiculture et conservation : l'abeille domestique menace-t-elle les pollinisateurs sauvages dans son aire de répartition originelle ?
  • Comment les contributeurs jugent la qualité scientifique de cette référence :

    0
    0
    0
    0
    0
  • Apiculture et conservation : l'abeille domestique menace-t-elle les pollinisateurs sauvages dans son aire de répartition originelle ? Oui ou Non
    0
    1
    0
    0
    0