Titre de la méta-analyse

L'augmentation du stock de carbone dans le sol lors du passage au non-labour est surtout dû aux apports de carbone liés aux résidus de culture.

Expériences de la méta-analyse

Les auteurs rassemblent 37 études (représentant 92 paires d'expériences labour vs non-labour) sur le carbone dans le sol précisant les pratiques (labour ou non labour), la nature du sol et les conditions climatiques (précipitations, températures) du lieu. Des informations concernant l'incorporation naturelle de carbone quand des résidus de cultures sont laissés sur les parcelles ont aussi été prises en compte.

L'étude consiste ensuite en une analyse statistique et la construction de modèles pour expliquer la quantité de carbone dans les 30 premiers cm de sol en fonction des paramètres précédents.

Résultats de la méta-analyse

Les résultats montrent que, sur les 30 premiers centimètres de sol :

  • le passage au non labour (sur une parcelle autrefois labourée) permet d'augmenter de 6.7 % le carbone dans le sol (soit 3.4 Mg de carbone par hectare) ;
  • les facteurs pédo-climatiques (texture du sol, précipitations, température) n'ont pas d'impact significatif sur l'évolution du stock de carbone dans le sol lors du passage au non labour ;
  • L'augmentation du carbone dans le sol lors du passage au non labour est d'autant plus importante que la quantité de résidus de culture laissés sur la parcelle (apport en carbone) est grande. Ce facteur explique à lui seul 30 % de la variation du stock de carbone lors du passage au non labour.
Rigueur de la méta-analyse

Les auteurs expliquent que leur étude n'explique que 30 % de la variation du stock de carbone dans le sol observée lors du passage au non labour. Il y a donc d'autres facteurs à prendre en compte qu'ils n'ont pas (encore) identifiés, et/ou les facteurs pédo-climatiques agissent d'une autre manière, pour le moment non identifée, sur le stock de carbone.

Les auteurs évoquent des pistes de recherche : l'utilisation de produits chimiques (pesticides et autres) sur les parcelles, l'influence du type de plantes et de l'intensité de culture, l'érosion des sols, etc.

Ce que cette méta-analyse apporte au débat

Les auteurs soulignent que pour augmenter la séquestration du carbone dans le sol via le non labour, il faut trouver des situations où la productivité agricole augmente lors du passage au non labour, ainsi les agriculteurs auront intérêt à arrêter de labourer, et cela permettra en même temps de stocker plus de carbone.

Figure
63 ref 285 v 0
Légende :

Différence relative du stock de carbone dans le sol lors du passage du labour au non labour en fonction de la quantité de résidus de culture laissés sur la parcelle.

Le graphique montre que l'augmentation du carbone dans le sol lors du passage au non labour est corrélé à la quantité de résidus de culture laissés sur la parcelle.

Méta-analyse : Carbon input differences as the main factor explaining the variability in soil organic C storage in no-tilled compared to inversion tilled agrosystems
  • 2 1 2
  • Auteurs
    Inigo Virto, Pierre Barré, Aurélien Burlot, Claire Chenu
  • Année de publication
    2012
  • Journal
    Biogeochemistry
  • Abstract (dans sa langue originale)

    Conversion to no-till (NT) is usually associated to increased soil organic carbon (SOC) stocks in comparison to inversion tillage (IT). However, an important and unexplained variability in the changes in SOC with NT adoption exists, which impedes accurate prediction of its potential for C sequestration. We performed a meta-analysis with pedo-climatic and crop factors bserved to influence SOC storage under NT at local and regional scales, in order to determine those better explaining this variability at a global scale. We studied SOC stocks (0–30 cm) in an equivalent soil mass, climatic and soil characteristics in 92 NT–IT paired cases. A subbase with the 35 pairs providing C inputs was used to test their effect. Greater SOC stocks were observed with NT, with a smaller difference than often described (6.7%, i.e. 3.4 Mg C ha-1). Crop C inputs differences was the only factor significantly and positively related to SOC stock differences between NT and IT, explaining 30% of their variability. The variability in SOC storage induced by NT conversion seems largely related to the variability of the crop production response. Changes at the agroecosystem level, not only in soil, should be considered when assessing the potential of NT for C sequestration.

  • Accès libre
    Accéder à la référence
  • Apparait dans la controverse
    Le non-labour augmente-t-il le stockage de carbone dans les sols ?

  • Oui  Versus  Non


    0
    1
    0
    0
    0

  • Comment les contributeurs jugent la qualité scientifique de cette référence :

    0
    0
    0
    1
    0