Titre de l'article

Une étude menée sur 6 ans de stimulation transcrânienne magnétique répétée en Australie

Introduction à l'article

"La Stimulation Magnétique Transcrânienne [TMS] consiste à appliquer une impulsion magnétique sur le cortex cérébral à travers le crâne de façon indolore au moyen d'une bobine. Conformément à la loi de Lenz-Faraday, la variation rapide du flux magnétique induit un champ électrique qui modifie l'activité des neurones situés dans le champ magnétique. [...] La [TMS] dite « répétitive » (rTMS) consiste à émettre une série d'impulsions pendant un intervalle de temps donné de façon à modifier durablement l'activité de la région visée. " Wikipédia)
Avec la TMS, on peut donc activer ou inhiber une zone donnée du cerveau en appliquant un champ magnétique vers une zone spécifique du cerveau sans rien introduire dans le corps de la personne.
Les auteurs ont voulu voir si la TMS pouvait être facilement acceptée par un nombre conséquent de psychiatres et de patients et qu'elle ne présentait aucun risque de santé.

Expériences de l'article

214 patients avec une dépression majeure résistante à tout traitement ont été suivis pendant 6 ans (2009-2014), après avoir subi des stimulations magnétiques transcrâniennes répétées de 18 à 20 fois sur une durée de 4 à 6 semaines. La stimulation était, selon les cas, soit dans les deux hémisphères du cerveau, soit uniquement dans l'hémisphère droit, dans une zone qu'on nomme le DLPFC (cortex préfrontal dorso-latéral) connue pour son implication dans la dépression. Une stimulation du DLPFC gauche et une inhibition du DLPFC droit sont réputées aider à atténuer les symptômes liés à la dépression. Pour stimuler le DLPFC, les chercheurs envoient une stimulation à haute fréquence (10Hz) pendant 15 minutes alors que pour inhiber le DLPFC droit ils envoient une stimulation à basse fréquence (1Hz) pendant 15 minutes.

Résultats de l'article

Une partie des patients n'a pas suivi le traitement jusqu'au bout ou le traitement n'a pas eu des effets, mais environ 40% des patients ont montré des signes d'amélioration à la suite de ce traitement (soit leur dépression est passée, soit il était possible de leur donner des médicaments anti-dépresseurs classiques auxquels ils étaient résistants avant le traitement avec la stimulation magnétique transcrânienne).

Rigueur de l'article

Comme les auteurs le reconnaissent eux-mêmes, il n'y a pas de groupe placebo de contrôle. Il est donc difficile de savoir quelle est la part de rémission due au traitement et quelle est la part due à un effet placebo ou tout simplement à l'effet du temps. Les auteurs affirment cependant que ces résultats (environ 40% de rémission) sont cohérents avec d'autres études qui, elles, ont utilisé des groupes contrôle.
Les auteurs précisent aussi que, dans le cas des personnes qui prenaient des médicaments, leur traitement par médicaments n'a pas été stoppé durant l'étude. Les résultats peuvent donc aussi être liés, au moins en partie, à un effet des médicaments en parallèle ou indépendamment de l'étude.

Ce que cet article apporte au débat

Cet article montre que, grâce à la stimulation magnétique transcrânienne, on peut influencer certaines aires du cerveau durablement au point que l'on peut aider certains patients (40%) à sortir de la dépression. Cette technique permet d'avoir une influence durable sur l'activité du cerveau et ce, sans aucune intrusion au sein du corps du sujet!
Le fait que ceci ne marche pas dans 100% des cas nous montre cependant que, même dans un cas comme celui-là, d'autres paramètres semblent rentrer en jeu soit parce que l'aire visée n'est pas la seule impliquée dans la dépression, soit parce que la volonté de "guérison" du sujet est aussi à prendre en compte, soit qu'on ne comprend pas encore tous les paramètres impliqués dans cette situation.

Publiée il y a presque 5 ans par N. Clairis.
Dernière modification il y a presque 5 ans.
Article : A clinical repetitive transcranial magnetic stimulation service in Australia: 6 years on
  • 1 1 1
  • Auteurs
    C. A. Galletly, P. Clarke, B. L. Carnell, S. Gill
  • Année de publication
    2015
  • Journal
    Australian & New Zealand Journal of Psychiatry
  • Abstract (dans sa langue originale)

    Objective: There is considerable research evidence for the effectiveness of repetitive transcranial magnetic stimulation in the treatment of depression. However, there is little information about its acceptability and outcomes in clinical settings.

    Method: This naturalistic study reports on a clinical repetitive transcranial magnetic stimulation service that has been running in Adelaide, South Australia (SA), for 6 years. During this time, 214 complete acute courses were provided to patients with treatment-resistant Major Depressive Disorder. Patients received either sequential bilateral or right unilateral repetitive transcranial magnetic stimulation treatment involving either 18 or 20 sessions given over 6 or 4weeks respectively. Data included patient demographic details, duration of depression, and medication at the beginning of their repetitive transcranial magnetic stimulation course. The Hamilton Depression Rating Scale was used to assess response to repetitive transcranial magnetic stimulation.

    Results: Of those undergoing a first-time acute treatment course of repetitive transcranial magnetic stimulation (N=167), 28% achieved remission, while a further 12% met the criteria for a response to treatment. Most patients (N=123, 77%) had previously been treated with five or more antidepressant medications, and 77 (47%) had previously received electroconvulsive therapy. Referral rates remained high over the 6 years, indicating acceptance of the treatment by referring psychiatrists. There were no significant adverse events, and the treatment was generally well tolerated. In all, 41 patients (25%) had a second course of repetitive transcranial magnetic stimulation and 6 (4%) patients had a third course; 21 patients subsequently received maintenance repetitive transcranial magnetic stimulation.

    Conclusion: This naturalistic study showed that repetitive transcranial magnetic stimulation was well accepted by both psychiatrists and patients, and has good efficacy and safety. Furthermore, repetitive transcranial magnetic stimulation can provide a useful treatment alternative as part of outpatient mental health services for people with depression.

  • Identifiant unique
    10.1177/0004867415607985
  • Accéder à la référence
  • Apparait dans la controverse
    Est-il possible de contrôler le comportement par la technologie ?
  • Comment les contributeurs jugent la qualité scientifique de cette référence :

    0
    0
    1
    0
    0
  • Est-il possible de contrôler le comportement par la technologie ? Oui ou Non
    0
    1
    0
    0
    0