Titre de l'article

Évaluer l'impact de l'afforestation des déserts sur la dispersion d'agents infectieux.

Introduction à l'article

Bien que les océans représentent le puits majeur de CO2, la biosphère terrestre représente un réservoir non négligeable pour la séquestration du carbone. Ce réservoir contient la plupart de son carbone dans la biomasse des plantes. C'est pourquoi la reforestation a été proposée comme stratégie prioritaire de géoingénierie par la National Academy of Science en 1992 pour atténuer le changement climatique. Plus récemment, une nouvelle stratégie a été proposée car potentiellement plus efficace; l'afforestation. Cela consiste à planter une forêt sur une surface restée longtemps, voire toujours, dépourvue d'arbres. L'afforestation en région subtropicale pourrait améliorer la séquestration du carbone, augmenter l'évapotranspiration et donc augmenter la couverture nuageuse ce qui conduirait à un refroidissement atmosphérique global. L'afforestation des déserts saharien et australien permettrait de compenser toutes les émissions actuelles de CO2 selon Ornstein et al. (2009).

Expériences de l'article

Bien que beaucoup d'effets secondaires de l'afforestation aient été envisagés, les impacts sur la propagation des maladies aviaires n'a pas encore été évalué. Cet article est un travail préliminaire visant à construire une stratégie qui pourrait permettre de comparer les flux d'oiseaux vecteurs de maladie actuels (traitement contrôle: Sahara intact) avec les flux post afforestation. L'auteur explique comment mesurer les flux grâce à une méthode déjà éprouvée dans la littérature, le "C-band radar" qui mesure densité, vitesse et direction des oiseaux migrateurs. La traversée du Sahara étant risquée, il faut évaluer la distance moyenne à partir de laquelle des oiseaux meurent ou commencent à faire demi tour (le point fatal). Il s'agit d'une recherche bibliographique présentée un article de recherche dont le résultat n'est qu'une recommandation.

Résultats de l'article

Le résultat de cette recherche est la mise au point d'une stratégie pour mesurer de l'impact de l'afforestation du Sahara sur la dispersion d'agents infectieux d'origine aviaire. L'approche expérimentale devra être réalisée en deux temps: Une collecte d'information sur le terrain, puis une modélisation des données de terrain. L'approche de terrain nécessitera la construction de stations le long des axes migratoires espacées de 700 km (distance bord du Sahahra - point fatal) pour mesurer les flux d'oiseaux migrateurs. Il faudra ensuite végétaliser ces stations sur 3 km2 avec 100 000 Eucalyptus grandis âgés de 6 ans et irrigués avec de l'eau désalinisée. Il faudra alors mesurer à nouveau les flux d'oiseaux migrateurs. Ces données devrons ensuite être compilées dans un modèle de flux migratoires qui devra être quantitatif afin de prendre en compte le fait que les mesures ont été faite grâce à une afforestation à très petite échelle.

Rigueur de l'article

Le titre de l'article laisse penser que l'auteur à réellement évalué l'impact de l'afforestation sur la dispersion de maladies d'origine aviaire mais ce n'est finalement qu'un travail de bibliographie. La méthodologie utilisée est discutable puisque un travail bibliographique doit brasser un grand nombre d'articles en vue d'avoir une vision la plus large possible mais l'auteur se base essentiellement sur 3 articles au plus, mis à part pour les méthodes. Cet article a été publié dans international journal of environmental sciences, son impact factor était de 1.8 en 2012 mais n'est plus cité depuis 2013 dans le Journal Citation Reports de Thomson Reuters pour cause d'auto-citation excessive.

Ce que cet article apporte au débat

Ce travail reste néanmoins très intéressant. Il rend compte de l'ampleur de la tache à réaliser, ne serait ce que pour simuler une afforestation le long des axes migratoires. Le nombre d'arbres à planter est considérable et devra impliquer les communautés humaines locales pour planter et collecter les arbres afin de créer un marché propice à la durabilité économique d'un tel projet. Un apport important de cet article est la synthèse des effets secondaires d'une afforestation à grande échelle:
-excès de relargage de sel en mer pour la désalinisation,
-augmentation de la fréquence des ouragans (atténués à l'origine par les poussières Sahariennes),
-réduction des nutriments océaniques (issus des poussières sahariennes et amenées par le vent),
-essaims de criquets
Le principal apport de cet article est une mise en garde face aux effets secondaires d'actions à grande échelles auxquels nous n'aurions pas pensé.

Remarques sur l'article

Cet article, qui n'apporte ni réponse ni rien de fondamentalement nouveau au problème, est l'exemple de ce que la pression de publication actuelle produit. A cela s'ajoute de fortes tensions au sujet du changement climatique global qui devient un thème de choix pour de nombreuses publications comme celle-ci.

Publiée il y a plus de 6 ans par K.Sartori.
Dernière modification il y a plus de 6 ans.
Article : Assessing the Impacts of Desert Afforestation on the Spread of Infectious Agents
  • 1 1 1 1
  • Auteurs
    Richard A. Manfready
  • Année de publication
    2011
  • Journal
    INTERNATIONAL JOURNAL OF ENVIRONMENTAL SCIENCES
  • Abstract (dans sa langue originale)

    Afforestation of the Sahara and Australian deserts has been proposed as a geoengineering technique by which to mitigate the effects of greenhouse gases in the Earth's atmosphere. The afforestation proposal entails planting and irrigating eucalyptus forests on a massive scale in the presentday arid Sahara desert—an expensive but potentially effective way to sequester atmospheric CO2. Several unintended consequences have been associated with this technique, to include salt deposition, decreased oceanic fertilization by dust, and locust swarms. However, the effect of desert afforestation on the propagation of diseasecarrying avian species has not been studied. It is hypothesized that afforestation of the Sahara will increase the number of avian species carrying disease to European and subSaharan regions. To assess this possibility, a field test scheme is presented to measure avian flux through the transSaharan region via radarbased monitoring. The test will assess flux for both arid and afforested conditions at several points along major transSaharan flyways, with emphasis on zones known to be fatal for Saharacrossing birds. Results from the field experiments will be input into an in silico model that will extrapolate the findings over the entire Sahara region and incorporate other parameters such as breeding. The preliminary model described here will simulate flux of diseasecarrying avian species across the Sahara for a userdefined number of migratory seasons, and will compare changes in speciesspecific flux, migratory patterns, and crossinfection between arid and afforested scenarios. It is expected that desert afforestation will heighten transSaharan flux of diseasecarrying avian species. If this prediction is validated by the simulation, then European and subSaharan regions may be at greater risk of avianborne disease if Sahara afforestation is implemented. Desert afforestation as a geoengineering technique must be critically assessed with respect to its potential effects on disease vector propagation before its implementation is considered. The proposed experiments provide an outline with which to effectively estimate such effects, should the need for longterm risk assessment arise.
    Keywords: Afforestation, avian, desert, disease, field simulation, geoengineering, infection

  • Accès libre
    Accéder à la référence
  • Apparait dans la controverse
    La géo-ingénierie est-elle une réponse adaptée aux changements climatiques actuels ?
  • Comment les contributeurs jugent la qualité scientifique de cette référence :

    0
    0
    1
    0
    0
  • La géo-ingénierie est-elle une réponse adaptée aux changements climatiques actuels ? Oui ou Non
    0
    0
    0
    1
    0