Titre de l'article

Effets des néonicotinoïdes sur les abeilles sauvages et domestiques dépendant des pays

Introduction à l'article

Les néonicotinoïdes sont des insecticides suspectés de participer au déclin des abeilles. Seules certaines études reportent des effets des néonicotinoïdes sur les abeilles. D'avantage d'études en champs sont nécessaires pour bien comprendre l'effet des néonicotinoïdes sur les abeilles domestiques, les bourdons et les abeilles sauvages. Ici, les auteurs se proposent d'étudier l'effet de deux néonicotinoïdes (le thiamethoxame et la clothianidine) sur ces trois insectes dans trois pays différents.

Expériences de l'article

Les auteurs étudient 33 sites répartis sur 3 pays (Hongrie, Royaume Uni et Allemagne). Les sites sont séparés les uns des autres par au moins 3.2 km. Des colonies d'abeilles domestiques (Apis mellifera), des bourdons (Bombus terrestris) et d'abeilles sauvages (Osmia bicornis) ont été introduits à proximité de chaque site. Des graines de colza non traitées et traitées avec du thiamethoxame ou de la clothianidine ont ensuite été semées sur chaque site (63 hectares semés en moyenne par site). Divers paramètres ont été analysés pour quantifier l'impact des néonicotinoïdes sur les insectes comme par exemple le nombre d'individus travailleurs, le nombre d'œufs, de larves et de pupes par ruche, ou encore la masse de la colonie de bourdons. Les auteurs s'intéressent également à la survie des abeilles domestiques au passage de l'hiver.

Résultats de l'article

Les auteurs observent des effets différents des néonicotinoïdes en fonction du pays ou a été réalisé l'expérience. Par exemple, les auteurs observent un moindre nombre d'abeilles domestiques travailleuses après le passage de l'hiver en Hongrie mais pas dans les autres pays. Le fait que les résultats de ce genre d'expérience puisse varier en fonction des pays considérés suggère que le déclin des abeilles est un processus multifactoriel. De plus, cela peut expliquer les résultats différents reportés par plusieurs études.

Rigueur de l'article

Cette étude est très ambitieuse car elle étudie trois insectes pollinisateurs différents exposés à deux pesticides et ce dans trois pays différents. Nous pouvons cependant noter que le nombre de sites par pays est plutôt faible. Mais cela ne semble pas trop gênant car les auteurs peuvent quand même faire une analyse statistique de leurs résultats.
Même si les auteurs s'intéressent au passage de l'hiver des abeilles domestiques sur une seule saison, les auteurs ne s'intéressent pas à l'effet à long terme des néonicotinoïdes sur les insectes pollinisateurs. Une étude sur plusieurs années devrait être menée.

Ce que cet article apporte au débat

Cet article montre que les néonicotinoïdes peuvent avoir des effets différents en fonction du pays dans lesquels ils sont appliqués. Cela pourrait expliquer les différences des résultats entre différentes études.

Publiée il y a presque 2 ans par T. Prévitali et Noun MAGDY.
Dernière modification il y a presque 2 ans.
Article : Country-specific effects of neonicotinoid pesticides on honey bees and wild bees
  • 1 1
  • Auteurs
    B. A. Woodcock, J. M. Bullock, R. F. Shore, M. S. Heard, M. G. Pereira, J. Redhead, L. Ridding, H. Dean, D. Sleep, P. Henrys, J. Peyton, S. Hulmes, L. Hulmes, M. Sárospataki, C. Saure, M. Edwards, E. Genersch, S. Knäbe, R. F. Pywell
  • Année de publication
    2017
  • Journal
    Science
  • Abstract (dans sa langue originale)

    <jats:p>Neonicotinoid seed dressings have caused concern world-wide. We use large field experiments to assess the effects of neonicotinoid-treated crops on three bee species across three countries (Hungary, Germany, and the United Kingdom). Winter-sown oilseed rape was grown commercially with either seed coatings containing neonicotinoids (clothianidin or thiamethoxam) or no seed treatment (control). For honey bees, we found both negative (Hungary and United Kingdom) and positive (Germany) effects during crop flowering. In Hungary, negative effects on honey bees (associated with clothianidin) persisted over winter and resulted in smaller colonies in the following spring (24% declines). In wild bees (<jats:italic>Bombus terrestris/jats:italic and <jats:italic>Osmia bicornis/jats:italic), reproduction was negatively correlated with neonicotinoid residues. These findings point to neonicotinoids causing a reduced capacity of bee species to establish new populations in the year following exposure./jats:p

  • Identifiant unique
    10.1126/science.aaa1190
  • Accès libre
    Accéder à la référence
  • Apparait dans la controverse
    L'utilisation des néonicotinoïdes a-t-elle un impact sur les populations d'insectes pollinisateurs ?
  • Comment les contributeurs jugent la qualité scientifique de cette référence :

    0
    0
    0
    0
    1
  • L'utilisation des néonicotinoïdes a-t-elle un impact sur les populations d'insectes pollinisateurs ? Oui ou Non
    0
    0
    1
    0
    0