Titre de la review

Des prairies pour l'agriculture et la conservation de la nature : la production, la qualité et la multi-fonctionnalité

Résumé de la review

Les prairies englobent un large éventail d'habitats qui varient considérablement en termes de gestion, de productivité agricole, de valeur socio-économique ainsi que de l'état de conservation de la nature. Cela reflète des différences locales dans l'environnement: physique et économie, de l'effet des pratiques et des impacts des systèmes traditionnels. La perte massive de la biodiversité ainsi que d'autres problèmes environnementaux résultent de l'intensification agricole ou de l'abandon des terres. De plus, les prairies peuvent contribuer à l'accroissement de la valeur des produits agricoles régionales, nutritionnels ou gastronomiques de même que la valeur de produits non-marchands (services écosystèmique, résilience de l'environnent). L'objectif de cette étude est de prendre en compte les conséquences agricoles de la biodiversité des prairies en termes d'impact sur la production de plantes fourragères, la prise alimentaire et la qualité du fourrage. Afin de mettre en évidence le potentiel de cette biodiversité de prairies agricoles, 3 exemples de systèmes de pâturage à grande échelle (paysages semi-ouvertes des zones contrastées de l'Europe sur une base européenne de LACOPE un projet de recherche actuel (www.lacope.net)) ainsi que leur biodiversité et leurs implications agricoles et socio-économiques ont été représentés. Ceux-ci comprennent: le pâturage des rennes dans le nord de la Fennoscandie, le pâturage hivernal dans le Burren en Irlande et le système de pâturage en jachère céréalière des moutons de La Mancha en Espagne.
Les 3 systèmes de pâturages ont des fonctionnements bien distincts n'entrainant pas les mêmes réponses environnementales et agricoles. En conséquence, pour le pâturage des rennes, une certaine rotation en hiver de l'utilisation des pâturages entre les années est une stratégie favorable, qui est aussi une stratégie naturelle pour les animaux. La gestion optimisée dans le Burren repose sur une bonne coopération entre les intérêts de la conservation de la nature (Comité de la faune du Conseil du patrimoine) et les deux groupes d'agriculteurs (locaux et extérieurs). En revanche, le système pâturage en jachère-céréale induit principalement un déficit fourragers qui apparait généralement en hiver. Les bergers sans terre n'ont pas d'accès direct à la terre pour la production de fourrage supplémentaire.

D'après des études de comportement de pâturage, moutons et bovins ont montré une préférence partielle (à 70%) pour le trèfle dans leur alimentation. L’apport relatif de l'herbe et du trèfle a été montré pour être considérablement différents de leurs proportions impliquant une sélectivité et une recherche d'un aliment préféré. Les conséquences de cet effet apparaissent notamment dans la production de lait des vaches laitières (augmentation de 40% de la production de lait). Ainsi le régime alimentaire des ruminants peut affecter non seulement le goût mais aussi la composition chimique des produits carnés et laitiers produits, avec des conséquences pour la santé humaine En outre, la production agricole, sous gestion nécessaire pour maintenir la biodiversité, peut être insuffisante pour répondre aux attentes de revenu des agriculteurs du 21e siècle.

Rigueur de la review

Cette article met bien en evidence l'importance et l'impact des prairies à la fois sur la production agricole mais également sur la biodiversité. En revanche, aucune expérience n'étaie ces informations. Il n'y a nulle présence de calculs, ni de graphiques. Il s'agit bien avant tout d'un état des lieux de nombreuses études portant sur le sujet, mais un support visuel pourrait être avantageux.

Ce que cette review apporte au débat

Des projets de recherches en Europe et en Amérique du Nord ont montré qu'une plus grande diversité d'espèces végétales pouvait entraîner une augmentation de la productivité agricole, de la rétention des nutriments associés et de la stabilité de l'écosystème. De plus, les prairies peuvent augmenter la séquestration du carbone par des changements dans la gestion des celles-ci. De même, la végétation des terres agricoles à un rôle important dans l'hydrologie des sols et la qualité de l'eau (sédiments, micro-organismes et nutriments). Il existe également des possibilités de marketing qui ciblent les consommateurs "vert " à payer une prime pour les produits liés à un système de production écologiquement acceptable. Ainsi, des prairies diversifiées ont également le potentiel de fournir des sources de nectar pour les abeilles et donc un produit de consommation supplémentaire de grande valeur. Tout cela peut s'intègrer à un tourisme vert dont la valeur dépasse souvent celle de l'agriculture.

Publiée il y a presque 4 ans par S.Scussel.
Dernière modification il y a presque 4 ans.
Review : Grassland for agriculture and nature conservation: production, quality and multi-functionality