Titre de l'article

" L’effet Lully " : un territoire à l’épreuve d’une inondation

Introduction à l'article

Lully est un village situé dans le canton de Genève en Suisse romande. Le Bas Lully, zone inondable, est une extension récente du village. Ce dernier a subi une forte inondation en 2002 qui a permis de mettre en lumière des dangers connus, mais partiellement oubliés, connu sous le nom d’ « effet Lully ». La dimension spatiale des risques est souvent limitée à une conception de « territoire support » ayant une gestion particulière pour contrer l’irruption d’une catastrophe. L’objectif de cet article est d’étudier les différentes dimensions (naturelles, physiques, sociales , politiques et économiques) impliquées dans les vulnérabilités, déséquilibres et rééquilibrages fragiles du territoire. Lully est un bon exemple d’une dynamique qui redéfinit la relation entre un risque et un territoire à la suite d’un événement critique.

Expériences de l'article

Il n'y a pas vraiment d'expérience, mais ils expliquent les événements vécus au cours du temps à Lully.

  • 1890 : Dégâts engendrés par les crues, « première correction » de l'Aire sur son tronçon le plus problématique.
  • 1920 : Campagnes de drainages et de remaniements parcellaires (400 km de canalisations et de drains) effectuées pour améliorer la production agricole.
  • 1933 : Seconde correction de l’Aire qui consiste à un abaissement du lit de la rivière pour assurer le déversement des eaux de drainage.
  • 1940 : Troisième correction de l’Aire.
  • 1954 : Planification d’une grande zone à bâtir dans le Bas-Lully.
  • 1979 : Opposition via le Tribunal administratif à la construction de villas ; Premier rapport d’expertise.
  • 1980 : Construction d’une galerie de décharge à l’aval du village (transvasement de l’eau dans le Rhône).
  • Inondations récurrentes dans le Bas-Lully causées par le blocage de l’exutoire des eaux de drainage de la plaine. Ce même phénomène se produira lors de l’inondation en 2002.
Résultats de l'article

La mémoire des inondations a été atténuée dès 1954 avec l’autorisation de la zone à bâtir. Malgré plusieurs crues en 1976, 1979 et 1983, aucune solution n'est envisagée et cela aboutit à des travaux ponctuels qui permettent ensuite la densification de la zone. Avec l’oubli du danger, les personnes vivant dans le Bas-Lully se trouvent directement exposées au danger à cause d’une mauvaise application des réglementations du bâtiment (des procès ont été engagés). Avec le recul, ils constatent que les corrections successives du cours d’eau ont engendré d’autres risques non prévus (diminution des zones d’expansion de la crue, report des débits en aval…).
L’inondation de 2002 résulte des eaux de ruissellement dont l’impact n’avait pas été anticipé. Cette dernière a entrainé l’accélération du projet de renaturation de l’Aire avec un budget dédié à la protection de riverains.

Rigueur de l'article

Dans cet article il ne semble pas avoir de conflit d'intérêt. Il a été publié dans "Cosmopolitiques" dans la section "L’eau : un bien commun à composer"

Ce que cet article apporte au débat

Cet article illustre bien les conséquences causées par le cloisonnement entre les différentes manières d’appréhender les risques. Les phénomènes naturels ne peuvent pas être réduits à la dimension naturelle. Il faut donc repenser ces phénomènes comme "acteurs" dans la relation au territoire. De plus, il ne faut pas limiter l’analyse des risques au simple problème fonctionnel et probabiliste. Il est nécessaire de prendre en considération la globalité de la relation qui existe entre les risques et le territoire.
Une autre information importante de cet article est l’accélération de la renaturation de l’Aire. En effet, les objectifs de renaturation sont liés aux objectifs de protection contre les risques d’inondation. Après l’événement de 2002, la priorité a été donnée sur Bas-Lully alors que d’autres secteurs attendaient déjà des améliorations.

Remarques sur l'article

Dans cet article, ils définissent les termes ambiguës et suggèrent des précisions dans certains cas via des annotations. Ils auraient peut-être pu détailler un peu plus sur les aménagements de l'Aire (coûts, temps de construction...).

Publiée il y a plus d'un an par A. Hoste et M. Lefevre.
Dernière modification il y a plus d'un an.
Article : « L’effet Lully » : un territoire à l’épreuve d’une inondation
  • 2 2 2 1 1
  • Auteurs
    Valérie November, Marion Penelas, Pascal Viot
  • Année de publication
    2008
  • Journal
    Cosmopolitiques n° 17 juin 2008
  • Abstract (dans sa langue originale)

    La survenue d’une catastrophe dont la possibilité avait été occultée oblige à repenser la question des risques, dans ses dimensions spatiales, économiques et sociales. À Lully, après que l’eau se soit retirée, le territoire n’est plus seulement support mais s’impose comme un actant qui produit un réagencement des connaissances et des pratiques.

  • Accéder à la référence
  • Apparait dans la controverse
    Entre technicisme et écologie : quel devenir des cours d’eau pour limiter les conséquences des crues ?
  • Comment les contributeurs jugent la qualité scientifique de cette référence :

    0
    0
    0
    2
    0