Titre de l'article

Les effets non-cibles de l'introduction d'un agent de lutte biologique sur l'écologie de souris

Introduction à l'article

Des plantes exotiques ont envahi de vastes zones de prairies, et savanes dans l'ouest de l'Amérique du Nord, ce qui a réduit considérablement l'étendue et, dans certains cas, menaçant la viabilité de ces systèmes. De nombreux systèmes envahis par des plantes exotiques ont été encore compliqués par l'introduction d'insectes exotiques destinés comme agents de lutte biologique.
Centaurea maculosa est parmi les plus envahissantes des plantes exotiques dans l'ouest de l'Amérique du Nord. Pas moins de 12 espèces d'insectes exotiques ont été libérés dans l'Ouest pour contrôler la centaurée maculée. Par exemple, les populations de Urophora spp ont été introduites en Colombie-Britannique et ont atteint des densités de 12-18 fois plus élevées que celles observées dans leurs habitats naturels en Europe. En conséquence, Urophora a attiré plusieurs prédateurs indigènes qui attaquent les stades larvaires et les adultes de la mouche.

Expériences de l'article

Les chercheurs ont effectué des recherches dans la fétuque (Festuca scabrella) et agropyre à épi (Agropyron spicatum) types de prairies (Mueggler et Stewart, 1980) qui ont été fortement envahies par la Centaurea maculosa. La zone d'étude variait de 1100 à 1700 m d'altitude entre l' ouest de Mount Sentinel, à l'est de Missoula, Montana. La précipitation annuelle moyenne est de 34 cm an-1 avec environ un tiers de cette survenant sous forme de pluie en mai et Juin. Les températures mensuelles moyennes varient de -6 ° C en Janvier à 19 ° C en Juillet.
Vingt souricières ont été placés à intervalles de 10 m le long de chacun des trois transects. Les pièges étaient placées pendant 3-7 jours (habituellement 5 jours), généralement au cours de la première semaine de chaque mois, et sont vérifiées une fois par jour. L'effort de piégeage varié entre transects pour égaliser taille de l'échantillon entre les mois pour l'analyse du contenu de l'estomac des souris.

Résultats de l'article

180 P. maniculatus ont été piégés de Mars 1997 à Février 1998. De ceux-ci, 156 ont été capturés à partir de Septembre à Mai, et 24 ont été capturées à partir de Juin à Août. Aucune des souris ont été capturées en Décembre pendant une période de températures inhabituellement basses
Les estimations des contenus stomacaux ont indiqué que les larves des mouches Urophora sont l'aliment principal de P. maniculatus pour la plupart de l'année dans les prairies de centaurée infestées sur le mont Sentinel. Les larves de Urophora ont commencé à devenir une ressource importante en Août.
Les souris sylvestres sont des prédateurs agressifs de mouches libérées pour le contrôle biologique de plantes envahissantes. Les données de piégeage ont indiqué que les souris sylvestres ont consommé en moyenne 247 larves/souris/jour au cours de la période de forte prédation. Ces données sont conformes aux estimations de 213 larves/souris/ jour rapportées par Pearson (1999) pour Février de l'année précédente.

Rigueur de l'article

Ces travaux présentent des données à partir de seulement 1 an sur le mont Sentinel. Même si ces résultats sont comparés et conformes aux données d'études précédentes sur d'autres région, on ne peut vraiment conclure sur l'origine (motifs) des souris sylvestre. L'effet météo, la nature et la diversité de la prairie pourraient impacter sur cette invasion massive de souris. Une comparaison entre différentes régions envahies et pas envahies devraient être faites en tenant compte de ces facteurs environnementaux avant de conclure sur une éventuelle corrélation entre la présence de la mouche (auxiliaire de lutte biologique) et la souris sylvestre (indigènes)

Ce que cet article apporte au débat

Les auteurs de cet article suggèrent que les agents de lutte biologique, même spécifiques à l'hôte peuvent avoir des effets directs et indirects sur de nombreux organismes indigènes (Ce qui confirme ma précédente contribution) . Simberloff et Stiling (1996a, 1996b) ont mis en doute l'efficacité des programmes de lutte biologique à partir d'un point de vue écologique.
Cet article montre donc un cas de lutte biologique où l'auxiliaire est non seulement incapable de réduire l'espèce envahissante, mais aussi à cause de sa vulnérabilité à la prédation, il attire de nouvelles espèces indigènes (peut être même indésirables) dans le sytème.

Publiée il y a environ 3 ans par M. Badji.
Dernière modification il y a environ 3 ans.
Article : Non-target effects of an introduced biological control agent on deer mouse ecology
  • 1 1
  • Auteurs
    Dean E. Pearson; Kevin S. McKelvey; Leonard F. Ruggiero
  • Année de publication
    1999
  • Journal
    Oecologia
  • Abstract (dans sa langue originale)

    Release of exotic insects as biological control agents is a common approach to controlling exotic plants. Though controversy has ensued regarding the deleterious direct effects of biological control agents to non-target species, few have examined the indirect effects of a ”well-behaved” biological control agent on native fauna. We studied a grassland in west-central Montana infested with spotted knapweed (Centaurea maculosa) to examine the effects of knapweed invasion and two gall flybiological control agents (Urophora affinis and U. quadrifasciata) on the native deer mouse (Peromyscus maniculatus). Stomach-content analysis revealed that Urophora were the primary food item in Peromyscus diets for most of the year and made up 84–86% of the winter diet. Stomach contents indicated that wild-caught mice consumed on average up to 247 Urophora larvae mouse–1 day–1, while feeding trials revealed that deer mice could depredate nearly 5 times as many larvae under laboratory conditions. In feeding trials, deer mice selected knapweed seedheads with greater numbers of galls while avoiding uninfested seedheads. When Urophora larvae were present in knapweed seedheads, deer mice selected microhabitats with moderately high (31–45% cover) and high knapweed infestation (≥46% cover). After Urophora emerged and larvae were unavailable to Peromyscus, mice reversed habitat selection to favor sites dominated by native-prairie with low knapweed infestation (0–15%). Establishment of the biological control agent, Urophora spp., has altered deer mouse diets and habitat selection by effecting changes in foraging strategies. Deer mice and other predators may reduce Urophora populations below a threshold necessary to effectively control spotted knapweed.

  • Accéder à la référence
  • Apparait dans la controverse
    La lutte biologique peut-elle se substituer à l’utilisation des pesticides ?
  • Comment les contributeurs jugent la qualité scientifique de cette référence :

    0
    0
    0
    0
    1