Titre de l'article

Effets écologiques inattendus de la distribution du charançon Exotique, Larinus Planus (F.), pour le contrôle biologique du chardon des champs

Introduction à l'article

Les mauvaises herbes envahissantes représentent un challenge important dans la gestion du paysage. La lutte biologique s’est révélée comme une solution efficace et respectueuse de l’environnement.
Rhinocyllus conicus (Frölich), un charançon eurasien du capitule introduit pour lutter contre l’expansion de Carduus spp. a eu d’importantes répercutions écologiques non ciblées sur des chardons natifs. Les partisans de la lutte biologique ont affirmé que ce cas ne représentait qu'une exception. Mais les résultats actuels indiqueraient un problème et une insuffisance des pratiques actuelles à protéger la flore native. Cependant peu de données sont disponibles pour évaluer les effets secondaires liés à ces introductions.
Cette étude a choisi d’améliorer les connaissances actuelles sur R.conicus et les espèces de Cirsium. Mais aussi sur une autre espèce de charançon, Larinus planus (Fabricius) utilisé aux USA et au Canada pour le contrôle du chardon des champs (Cirsium arvense L.)

Expériences de l'article

En 1999 , un échantillonnage de 30 capitules de Cirsium undulatum var. tracyi le long de la nationale 135 près de la forêt de Gunnison (Colorado) a été effectué. Ce site avait déjà été échantillonné en 1989. 10 capitules ont été examinés immédiatement pour observer la prise de nourriture des insectes et les 20 autres ont été disséqués en laboratoire ( type et quantité d'insectes se nourrissant sur la plante ayant été recensés).En 2000, un autre échantillonnage a été effectué.
Un 2nd site a été échantillonné ( à 1.9 km du 1er). Pour chaque site , les densités de plantes ont été enregistrées et 62% des plantes (pour les 2 sites) ont été choisies aléatoirement pour mesurer la taille, l'effort de reproduction, le succès de floraison, la quantité de plante endommagée (et le score associé aux dommages) causées les insectes, le développement du capitule et la production de graines.
Des données similaires ont été recueillies sur 3 sites de chardon du Canada (Cirsium arvense (L.) Scop)

Résultats de l'article

En moyenne 74 % (SE 3,00) des capitules des chardons tracy recueillis présentaient des preuves de l'alimentation des insectes. La production de graines était aussi fortement diminué par la présence du L.planus puisque en moyenne 1.1 (SE : 0,62) graines étaient viables contre 45,9 contre les capitules sans charançon. L'alimentation des insectes a réduit de 67% en moyenne la production totale de graine matures par la plante.

En 2000, 76% des chardons tracy présentaient des preuves de l'alimentation des insectes. Les capitules avec L.planus avaient environ 1.4 graines viables contre 44,5 pour les capitules non infestés L'alimention des insectes a réduit de 51% en moyenne la production totale de graines par la plante.

Ce que cet article apporte au débat

L'article montre qu'une espèce délibérément introduite peut avoir des effet négatifs sur des plantes natives et peut entrainer un déclin à long terme. Les résultats de cette étude remettent en question l'hypothèse générale que la lutte biologique avec des insectes "exotiques" est conforme aux objectifs de conservation de la gestion des mauvaises herbes dans les zones naturelles.
Les insectes peuvent être très utiles comme auxiliaires de lutte. Mais la encore, des études plus poussées du spectre alimentaire des espèces introduites doivent être faites.

Publiée il y a plus de 3 ans par REMION Estelle.
Dernière modification il y a plus de 3 ans.
Article : Unexpected ecological effects of distributing the exotic weevil, Larinus planus (F.), for the biological control of Canada thistle
  • 2 1
  • Auteurs
    Louda, S. M., & O'brien, C. W.
  • Année de publication
    2002
  • Journal
    Conservation Biology
  • Abstract (dans sa langue originale)

    Rhinocyllus conicus, a weevil introduced for biological control of exotic weeds, has had major nontarget ecological effects on native thistles. Some practitioners have argued that this is an isolated case. We report, however, that another Eurasian weevil (Larinus planus), currently being distributed in North America for the control of Canada thistle (Cirsium arvense), is significantly reducing seed production by a native thistle (Tracy’s thistle, Cirsium undulatum var. tracyi) in Colorado. In 1999 we discovered L. planus feeding in flower heads of Tracy’s thistle near a 1992–1993 bio- control release site. Of the heads collected, 74% had evidence of L. planus, and these heads produced only 1.1 viable seeds on average, compared with 45.9 in heads without this weevil. In 2000 we investigated whether L. planus feeding persisted on Tracy’s thistle and whether this feeding affected seed production significantly. Feeding by L. planus occurred on 80% of the plants and in 76% of all the main heads of Tracy’s thistle. Flower heads with L. planus averaged 1.4 viable seeds, compared with 44.5 in uninfested heads. Feeding by L. planus decreased the average number of viable seeds produced per plant by over 51%. In contrast, L. planus had less effect on its targeted exotic host, Canada thistle than it did on Tracy’s thistle. The high-frequency and high-level feeding of L. planus on the native species, coupled with the lack of evidence of its effectively limiting the seed production or density of Canada thistle suggest that the deliberate distribution of this weevil entails a high risk-to-benefit ratio and should be discontinued. Our findings challenge the general assumption that biological control with exotic insects is consistent with conservation goals of weed management in natural areas. Effective, a priori quantitative evaluation of the potential effects on both target and nontarget species and better regulatory oversight are required.

  • Identifiant unique
    10.1046/j.1523-1739.2002.00541.x
  • Accéder à la référence
  • Apparait dans la controverse
    La lutte biologique peut-elle se substituer à l’utilisation des pesticides ?
  • Comment les contributeurs jugent la qualité scientifique de cette référence :

    0
    0
    1
    0
    0