Titre de l'article :

Effets des parcs éoliens offshore sur la faune marine - Une évaluation d'impact généralisée


Introduction à l'article :

La demande mondiale d'énergie renouvelable ne cesse d'augmenter par le défi de réduire le rejet de CO2 et d'autres substances nocives. Cependant la mise en place de ce projet génère des conflits avec d'autres usages du paysage marin et la question sur l'aspect conservation des écosystèmes marin est inévitable. Les connaissances sur les impacts environnement et d'autres usages comme la pêche, commencent à s'améliorer avec l'accumulation des OWF dans le monde. Néanmoins, le risque potentiel que cela peut entraîner pour la structure et le fonctionnement de l'écosystème marin sont rarement évalués. Cette étude synthétise les connaissances actuelles sur les effets des parcs éoliens offshore sur la faune marine et aquatique dans le but d'identifier une conclusion générale applicable pour les eaux suédoises qui disposent d'écosystèmes d'eaux marines et d'eaux douces. Cette étude met également en évidence les futurs enjeux clés pour le secteur OWF du point de vue de la conservation.

Expériences de l'article :

Les données ont été obtenues à partir d'études portant sur les effets directs de l'OWF, sur des pressions influençant la faune marine lors de la construction ou l'exploitation de l'OWF. Les pressions évaluées pour la phase de construction sont :

  • perturbations acoustiques
  • dispersion des sédiments

Pour la phase opérationnelle :

  • gain d'habitat
  • exclusion des pêcheries
  • perturbation acoustique
  • champs électromagnétiques

L'évaluation a été effectuée pour chaque pression dans trois sous-zones géographiques définies selon la salinité (Skagerrak – Kattegat, Baltic Proper et Bothnian Sea). Les effets évalués sur un score de 3 points sont : l'étendue spatiale définie comme la dispersion attendue de la pression à sa source, l'étendue temporelle comme sa durée prévue et la sensibilité évaluée séparément pour chaque composante de l'écosystème (mammifères marins, poissons et espèces benthiques). Les espèces de poissons sont représentées par des espèces dominantes dans les différentes sous-zones.

Résultats de l'article :

Les niveaux d'impact du bruit sur les poissons peuvent varier avec le type de fondations, selon si c'est du battage de pieux ou dragage. La turbidité générée par le dragage implique une nuisance importante pour les juvéniles. Les effets pendant la phase d'exploitation dépendent des conditions environnementales locales. Les gains d'habitat sont associés à des valeurs positives. Mais un effet négatif pourrait émerger si l'OWF fonctionnait comme plate-forme d'introduction d'espèces non indigènes. La probabilité d'un impact positif de l'exclusion des pêcheries a été jugée modérée à élever avec une faible certitude, car les zones de référence disponibles n'ont pas permis de séparer les effets de ceux du gain d'habitat. L'impact des perturbations acoustiques a été jugé modéré, avec une certitude faible à modérer en raison des conditions locales. L'impact négatif probable des champs électromagnétiques a été jugé faible, mais le niveau de certitude variait selon les composants de l'écosystème.

Rigueur de l'article :

Cet article ne précise pas combien d'études ont été utilisées afin de réaliser cette synthèse.

Ce que cet article apporte au débat :

Cet article est intéressant, car il permet de visualiser plus facilement les impacts lors de la phase de construction et d'exploitation, sur plusieurs espèces de poissons et sur différents sites d'OWF. Il met en avant le fait que les impacts sur les espèces varient grandement selon l'environnement local, selon les espèces et selon le type d'éolienne offshore qui est installé. En effet, certaines de nécessitent pas de battage de pieux pour leur fondations. Certains impacts sont négatifs pour certaines espèces de poissons mais pas pour d'autres. Il met également en avant le manque de données pour les impacts sur les communautés de poissons avec le critère de "certitude" pour chaque pression.

Remarques sur l'article :

Les auteurs se sont penchés sur les effets directs des OWF. Seulement, les études d'impacts sur les écosystèmes marins et aquatiques ne peuvent être simplement conclues que sur les effets directs. En effets, des effets indirects liés à la construction et à l'exploitation des OWF peuvent perturber les écosystèmes locaux, comme le trafic maritime, la compétition interspécifique liée à l'attraction d'espèces pour les OWF. De nombreux effets découlent de ces effets directs, qui nous semblent aussi importants d'étudier.

Cette étude a été financée par l'Agence suédoise de l'énergie dans le cadre du programme de recherche Vindval. Vindval est un programme de recherche administré conjointement par l'Agence suédoise de l'énergie et l'Agence suédoise de protection de l'environnement. L'objectif du programme est de fournir des connaissances scientifiques sur les impacts de l'énergie éolienne sur l'homme et la nature. Ainsi, il ne semble pas y avoir eu de conflits d'intérêts pour cet article.

Publiée il y a presque 3 ans par L. Delteil.
Dernière modification il y a presque 3 ans.