Titre de l'article :

L'influence des médias sur les perceptions nutritionnelles des enfants


Introduction à l'article :

En 2009 où cet article est écrit, plusieurs études montrent déjà qu'il y a un lien direct entre l'exposition à certaines publicités (alcool, tabac et alimentation en particulier) et l'attitude des consommateurs. Dans cet article, les chercheurs veulent voir comment les messages publicitaires sont perçus par des adolescents afin de mieux comprendre pourquoi la publicité a l'impact en question.

Expériences de l'article :

Les chercheurs se sont concentrés sur 90 adolescents néo-zélandais âgés entre 10 et 12 ans, provenant des différentes catégories sociales et culturelles du pays et des deux sexes (43 filles, 47 garçons). Le choix de cette tranche d'âge est lié à plusieurs facteurs d'après les auteurs: 1) les adolescents ont de l'argent de poche qu'ils peuvent généralement consommer à leur guise à cet âge là, 2) leurs préférences peuvent influencer les aliments consommés à la maison par la famille dans son ensemble et 3) à cet âge, les adolescents ont accès à plusieurs sources de médias (télévision, internet, radio, etc.). Toute l'étude correspond principalement à des entretiens menés auprès de cette population pour estimer leur perception des publicités alimentaires.

Résultats de l'article :

Les auteurs ont pu montrer que les adolescents étudiés jugaient que consommer uniquement des aliments considérés comme sains pour la santé amènerait à:

  • avoir un corps très maigre, voire même anorexique
  • manquer d'énergie physique
  • être rejeté(e) socialementcar perçu(e) comme perfectionniste ou snob A l'opposé, les adolescents percoivent des individus qui ne mangeraient que des aliments considérés comme non-sains comme des:
  • obèses
  • des personnes plus facilement victimes d'isolation sociale
  • des personnes moins attirantes pour le sexe opposé
  • des personnes plus facilement victimes du diabète, de crise cardiaque ou de mort prématurée Les auteurs signalent que, globalement, les adolescents interrogés sont conscients de la manipulation et du mensonge liés à la méthode publicitaire.
Rigueur de l'article :

Cet article s'est concentré sur des entretiens avec 90 adolescents néozélandais âgés entre 10 et 12 ans. L'étude a plus un aspect _qualitatif _qu'un aspect _quantitatif _c'est-à-dire que plutôt que de soumettre les étudiants à des questionnaires et ensuite d'appliquer des méthodes statistiques, les chercheurs ont préféré la libre forme de l'entretien. Cette méthode est certes louable, mais il est dur d'en tirer des conclusions plus générales du fait de la limite de cette méthode.

Ce que cet article apporte au débat :

Les adolescents interrogés semblent d'un côté conscients qu'on essaie de les manipuler en vue de les faire acheter un produit à travers la publicité, mais en même temps la publicité à laquelle ils sont soumis dans les différents médias qu'ils utilisent semble influencer leur perception du monde d'une manière qui relève plutôt de phénomènes inconscients.

Publiée il y a plus de 4 ans par N. Clairis.
Dernière modification il y a plus de 4 ans.