Titre de l'article :

Impact du cycle menstruel sur l'hippocampe d'une femme


Expériences de l'article :

Les scientifiques ont suivi une personne de sexe féminin de 32 ans au cours de 2 cycles menstruels. Pendant cette période, des prélèvements réguliers ont été effectués pour suivre son taux d'hormones dans le sang et elle a aussi effectué 30 sessions en IRM pour voir si des modifications cérébrales pouvaient être détectées au cours de ces cycles menstruels.

Résultats de l'article :

L'étude montre qu'il y a une corrélation entre le taux d'oestrogène sanguine, en particulier pour la période entourant l'ovulation, et des modifications au niveau de la structure d'une zone sur laquelle ils se sont concentrés et qui est souvent liée à la mémoire à long-terme: l'hippocampe.

Rigueur de l'article :

Cette étude présente plusieurs lacunes:

  • il n'y a qu'un sujet étudié sur seulement deux cycles menstruels. Il faudrait confirmer ce résultat avec plus de personnes et sur une période plus longue pour confirmer la validité du résultat
  • comme souvent, il s'agit d'une corrélation et il faudrait des études supplémentaires, avec des modèles animaux par exemple, pour confirmer le lien causal entre le taux d’œstrogènes sanguines et des modifications de l'hippocampe.
  • on ne sait malheureusement pas chez le sujet étudié si ces modifications structurelles induisent aussi des variations comportementales en lien avec les fonctions assurées par l'hippocampe ou s'il s'agit simplement de variations physiologiques qui n'impactent pas directement le comportement
  • pour assurer que ce phénomène est spécifique, il serait aussi intéressant de voir si des variations similaires en lien avec les taux de testostérone notamment sont observables chez les hommes
Ce que cet article apporte au débat :

Cet article montre que le cycle menstruel féminin a un impact sur la structure de certaines zones du cerveau et potentiellement donc aussi sur les fonctions qu'elles assurent.

Remarques sur l'article :

Les auteurs se sont concentrés sur l'hippocampe mais on peut se demander si d'autres aires du cerveau ne sont pas elles aussi affectées par le cycle menstruel.

Publiée il y a plus de 3 ans par N. Clairis.
Dernière modification il y a plus de 3 ans.