Titre de la review

Le test génétique sur demande pour évaluer la susceptibilité à des addictions : commercialisation prématurée d'un ''produit'' à validité douteuse.

Résumé de la review

Les compagnies de test génétique sur demande se lancent dans l'évaluation de risque de développer certaines maladies et vont désormais plus loin . Ces compagnies se proposent d'estimer la susceptibilité à une addiction : addiction à la nicotine, une dépendance à l'alcool et la réponse individuelle à un traitement de cette dépendance, ou une dépendance à l’héroïne.
Les auteurs présentent le fonctionnement de ces tests et les risques qui y sont liés notamment au niveau de la mauvaise interprétation possible du ''client'' à qui la compagnie ne fournit pas de conseil pour comprendre les résultats.

Plus précisément:

  • Au niveau de la dépendance à la nicotine:

Le test est fondé sur une association faible (peu d'études le montrent) entre un variant d'un gène et la susceptibilité à la dépendance (1.4 fois plus que sans ce variant). Cependant ce test est valable uniquement pour les populations de types ''Européennes'' puisque le variant en question n'est pas représenté ailleurs. Ce test est de plus valable uniquement pour les fumeurs ce qui limite son utilité.

  • Au niveau de la consommation d'alcool:

Les auteurs mettent en garde contre le fait que certains pourraient mal interpréter les résultats d'un test et penser que cette consommation ne présente aucun risques sous prétexte qu'ils présentent un variant associé 10 fois moins de risque de dépendance. Notamment parce que le variant associé à une diminution du risque de dépendance est en fait aussi associé à une augmentation du risque de cancer de l’œsophage. Au niveau de la prédiction de l'efficacité du traitement de la dépendance par la naltrexone les tests semblent satisfaisant.

  • Au niveau du test pour la dépendance à l'héroïne:

La société de test utilise un marqueur. Selon 2 études ce marqueur est prévalent chez les personnes dépendantes, selon 2 autres il est prévalent chez les individus non dépendants. De plus la prévalence de ce variant varie selon le type de population (Asiatique, Caucasienne, Africaine).

En conclusion on se rend compte que dans ce domaine là le test génétique sur demande a une valeur prédictive faible. Les auteurs concluent que ces tests pour la susceptibilité à la dépendance sont disponibles prématurément alors qu'ils manquent de rigueur et de fiabilité au niveau des prédictions.

Ce que cette review apporte au débat

Cette review montre bien que le test génétique sur demande peut être utilisé à des fins variées mais que dans certains cas le problème de la fiabilité des résultats est un problème majeur.

Publiée il y a plus de 3 ans par Robin.
Dernière modification il y a plus de 3 ans.
Review : Direct-to-consumer genetic testing for addiction susceptibility: a premature commercialisation of doubtful validity and value
  • 1 1
  • Auteurs
    Rebecca Mathews, Wayne Hall & Adrian Carter
  • Année de publication
    2012
  • Journal
    Addiction
  • Abstract (dans sa langue originale)

    Genetic research on addiction liability and pharmacogenetic research on treatments for addiction have identified some genetic variants associated with disease risk and treatment. Genetic testing for addiction liability and treatment response has not been used widely in clinical practice because most of the genes identified only modestly predict addiction risk or treatment response. However, many of these genetic tests have been commercialized prematurely and are available direct to the consumer (DTC). The easy availability of DTC tests for addiction liability and lack of regulation over their use raises a number of ethical concerns. Of paramount concern is the limited predictive power and clinical utility of these tests. Many DTC testing companies do not provide the consumer with the necessary genetic counselling to assist them in interpreting and acting on their test results. They may also engage in misleading marketing to entice consumers to purchase their products. Consumers’ genetic information may be vulnerable to misuse by third parties, as there are limited standards to protect the privacy of the genetic information. Non-consensual testing and inappropriate testing of minorsmay also occur. The United States Food and Drug Administration plans to regulate DTC genetic tests. Based on the ethical concernswe discuss below,we believe there is a strong case for regulation of DTC genetic tests for addiction liability and treatment response. We argue that until this occurs, these tests have more potential to cause harm than to contribute to improved prevention and treatment of addiction.

    Keywords Addiction, advertising, direct to consumer, ethics, genetic testing, prevention, susceptibility, treatment.

  • Accéder à la référence
  • Apparait dans la controverse
    Les tests génétiques en vente libre sont-ils susceptibles d'améliorer la santé humaine ?
  • Comment les contributeurs jugent la qualité scientifique de cette référence :

    0
    0
    0
    0
    0