Les tests génétiques en vente libre sont-ils susceptibles d'améliorer la santé humaine ?



Cadre, focus et mise au point :

Introdution
Par le passé les tests génétiques étaient uniquement exécutés à la demande d'un professionnel de la santé, par exemple un médecin. Dans certains pays, il est aujourd’hui possible pour les particuliers, moyennant des sommes variant entre quelques centaines de dollars à deux mille dollars, de bénéficier d'un test vendu par une entreprise spécialisée. Cela correspond à un test génétique en vente libre, ce test propose une analyse du génome visant à détecter des marqueurs associés à des prédispositions à certaines maladies, à des addictions ou à des réactions à des traitements médicamenteux… Il suffit de collecter soi -même un échantillon de son propre ADN puis de l'envoyer au laboratoire. Le client voit ensuite ses résultats postés en ligne à son attention ou les reçoit par mail ou sur son smartphone. Les laboratoires fournissent ou non une aide et des réponses à l'analyse de ces données.

Les compagnies proposant des tests génétiques en vente libre présentent leurs produits comme des atouts importants pour la recherche personnelle d’ancêtres ou de parentés et pour mieux appréhender sa santé. Selon l’OMS, la santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité. Ces tests devraient donc permettre un essor de la médecine personnalisée et une amélioration de la santé des personnes qui les utilisent.

Questions
Jusqu’à quel point ces test sont-ils fiables ?
Comment le consommateur peut-il interpréter ces résultats ?
Quelle réaction la réception des résultats peut-elle provoquer ?

Robin et al.

La synthèse :

La génétique humaine a connu un essor fulgurant ces dix dernières années, notamment grâce au séquençage à haut débit. Cette avancée majeure a entrainé l’apparition d’offres commerciales aux États-Unis proposant l’accès à des tests génétiques dit « en vente libre » ou « en accès libre », à des buts de dépistage et de diagnostic. Ce dynamisme commercial doublé d’un engouement de la société nous pousse à nous demander si ces tests sont réellement susceptibles d’améliorer la santé humaine.

L’ensemble de cette étude tend à prouver que les tests génétiques en vente libre sont pour le moment loin d’être bien établis. Outre leur manque de fiabilité clinique[1][2][3], il n’est pas clairement démontré que ces tests aient un impact positif sur les consommateurs[4][5].

Cependant, ils offrent de nombreuses perspectives dans le domaine médical en terme de prévention et de diagnostic, comme le suggèrent certains auteurs[6]. Bien que ces tests doivent être encadrés, avec du personnel qualifié et formé, il serait possible de les utiliser à condition d’y apporter la meilleure interprétation possible[5].

La médiatisation de ce phénomène prend une part importante dans la vente de ces tests (Vidéo publicitaire pour les tests génétiques vendus par l'entreprise américaine 23andMe, en anglais). Cela pousse les États-Unis et certains pays de l’Union Européenne à prendre les devants et à sérieusement considérer l’impact de la génétique sur notre société [7]. Ainsi, le Conseil de l’Europe, pour qui la génétique humaine devient « un secteur hautement dynamique » se concentre sur les questions éthiques et juridiques soulevées par ces applications. Il a établi de ce fait le « Protocole additionnel sur les tests génétiques à des fins médicales » (Lien vers le téléchargement du Protocole additionnel sur les tests génétiques à des fins médicales) qui couvre la « protection de la vie privée », le « droit à l’information » et « pour la première fois au niveau international, traite des tests génétiques an accès libre pour lesquels une offre commerciale pourrait se développer à l’avenir » (Lien vers le site officiel du Conseil de l'Europe, section "Génétique").

L’enjeu actuel reste alors de savoir si d’autres domaines d’applications peuvent être couverts par ces tests comme celui des assurances par exemple. Cependant, cela soulève le problème de la confidentialité et de l’apport bénéfique de cette avancée non plus au niveau médical mais social.

allan
Cette synthèse se base sur 7 références analysées.