Titre de l'article

L'influence des médias sur les perceptions nutritionnelles des enfants

Introduction à l'article

En 2009 où cet article est écrit, plusieurs études montrent déjà qu'il y a un lien direct entre l'exposition à certaines publicités (alcool, tabac et alimentation en particulier) et l'attitude des consommateurs. Dans cet article, les chercheurs veulent voir comment les messages publicitaires sont perçus par des adolescents afin de mieux comprendre pourquoi la publicité a l'impact en question.

Expériences de l'article

Les chercheurs se sont concentrés sur 90 adolescents néo-zélandais âgés entre 10 et 12 ans, provenant des différentes catégories sociales et culturelles du pays et des deux sexes (43 filles, 47 garçons). Le choix de cette tranche d'âge est lié à plusieurs facteurs d'après les auteurs: 1) les adolescents ont de l'argent de poche qu'ils peuvent généralement consommer à leur guise à cet âge là, 2) leurs préférences peuvent influencer les aliments consommés à la maison par la famille dans son ensemble et 3) à cet âge, les adolescents ont accès à plusieurs sources de médias (télévision, internet, radio, etc.). Toute l'étude correspond principalement à des entretiens menés auprès de cette population pour estimer leur perception des publicités alimentaires.

Résultats de l'article

Les auteurs ont pu montrer que les adolescents étudiés jugaient que consommer uniquement des aliments considérés comme sains pour la santé amènerait à:

  • avoir un corps très maigre, voire même anorexique
  • manquer d'énergie physique
  • être rejeté(e) socialementcar perçu(e) comme perfectionniste ou snob A l'opposé, les adolescents percoivent des individus qui ne mangeraient que des aliments considérés comme non-sains comme des:
  • obèses
  • des personnes plus facilement victimes d'isolation sociale
  • des personnes moins attirantes pour le sexe opposé
  • des personnes plus facilement victimes du diabète, de crise cardiaque ou de mort prématurée Les auteurs signalent que, globalement, les adolescents interrogés sont conscients de la manipulation et du mensonge liés à la méthode publicitaire.
Rigueur de l'article

Cet article s'est concentré sur des entretiens avec 90 adolescents néozélandais âgés entre 10 et 12 ans. L'étude a plus un aspect _qualitatif _qu'un aspect _quantitatif _c'est-à-dire que plutôt que de soumettre les étudiants à des questionnaires et ensuite d'appliquer des méthodes statistiques, les chercheurs ont préféré la libre forme de l'entretien. Cette méthode est certes louable, mais il est dur d'en tirer des conclusions plus générales du fait de la limite de cette méthode.

Ce que cet article apporte au débat

Les adolescents interrogés semblent d'un côté conscients qu'on essaie de les manipuler en vue de les faire acheter un produit à travers la publicité, mais en même temps la publicité à laquelle ils sont soumis dans les différents médias qu'ils utilisent semble influencer leur perception du monde d'une manière qui relève plutôt de phénomènes inconscients.

Publiée il y a plus de 4 ans par N. Clairis.
Dernière modification il y a plus de 4 ans.
Article : The Role of the Media in Influencing Children’s Nutritional Perceptions
  • 1 1
  • Auteurs
    Enid Dorey, Judith McCool
  • Année de publication
    2009
  • Journal
    Qualitative Health Research
  • Abstract (dans sa langue originale)

    Background Increasing prevalence of overweight and obese children in developed countries poses a substantial threat to long-term health. One well-described factor is the amount of time spent watching television, with exposure to food advertising a known influence on food preferences and consumption patterns.
    Aims Following recent formulation of new rules regarding advertising of food during children’s programming, we sought to examine the advertising content in children specific television broadcasts on Irish television.
    Methods Advertisement content analysis for 5 weekdays of children-specific television broadcasting from 0700 to 1700 hours on Irish television was performed. Data were coded and transferred to SPSS for analyses. Food and beverage advertisements were coded based on type of product, nutritional content, intended age group and outcome.
    Results 322 advertisements were broadcast during the recording period. 31 % (n = 101) of advertisements related to food or beverage products with 66.3 % (n = 68) of food advertisements being for foods that should be eaten in moderation. The most frequently recorded food advertisement was for fast food products (27.3 %, n = 24), followed by sweets/candy (21.6 %, n = 19) and dairy products (17.0 %, n = 15). The most frequently recorded beverage advertisement was for natural orange juices (46.2 %, n = 6). 54.7 % (n = 176) of advertisements were adult specific with 27.3 % (n = 88) being children specific. All food and beverage advertisements were associated with a positive outcome (n = 322).
    Conclusions These results demonstrate that food and beverages depicted in advertisements during children’s programming are predominantly unhealthy foods with high salt and sugar contents. The findings from this study again highlight the ongoing need for new rules regarding food advertising in children’s programming.

  • Identifiant unique
    10.1177
  • Accéder à la référence
  • Apparait dans la controverse
    La publicité exploite-t-elle notre inconscient ?
  • Comment les contributeurs jugent la qualité scientifique de cette référence :

    0
    0
    1
    0
    0
  • La publicité exploite-t-elle notre inconscient ? Oui ou Non
    0
    0
    0
    0
    0