Titre de l'article

La publicité pour les aliments et les boissons pendant les programmes télévisuels pour les enfants.

Introduction à l'article

Depuis plusieurs années Television Viewing as a Cause of Increasing Obesity Among Children in the United States, 1986-1990, le temps passé devant la télévision est corrélé à une plus forte chance de devenir obèse et inversement réduire son temps d'exposition à la télévision réduirait aussi le risque de devenir obèse. D'abord parce que plus on passe de temps devant la télévision, moins on est actif physiquement, alors même qu'on grignote souvent aussi en même temps, mais aussi parce que plus on passe du temps devant la télévision, plus on est soumis à de la publicité qui promeut généralement une alimentation à base d'aliments plus gras et sucrés. Les enfants et les adolescents sont réputés être plus sensibles aux publicités en général car ils auraient moins de recul vis-à-vis des messages publicitaires.
Les auteurs ont voulu analysé la nature des publicités diffusées à la télévision irlandaise pendant les heures où les adolescents sont le plus susceptibles de regarder.

Expériences de l'article

Les auteurs ont analysés 5 semaines de programmes télévisuels diffusés de 7h00 à 17h00 sur la télévision irlandaise en juillet 2010 pour un total de 60h.

Résultats de l'article

Les auteurs montrent que 31% des publicités concernent des produits alimentaires ou des boissons dont 66% concernent des produits qui ne devraient être consommés qu'avec modération (nourriture de fast food (27%) et bonbons (22%) en particulier). 17% concernaient des produits de nettoyage et 15% des produits pharmaceutiques.

Rigueur de l'article

L'étude ne regarde pas directement l'impact de la publicité sur l'attitude des consommateurs mais préfère se concentrer sur la nature des publicités qui sont adressées au public, en particulier aux heures où le public visé est jeune, afin de montrer qu'il faudrait peut-être mieux réguler la nature des publicités diffusées en particulier aux horaires qui concernent des publics jeunes.

Ce que cet article apporte au débat

Cet article rappelle que la nature des publicités que l'on peut voir à la télévision devrait peut-être être mieux régulée en particulier aux heures où des publics plus vulnérables (enfants et adolescents) sont concernés.

Publiée il y a plus de 4 ans par N. Clairis.
Dernière modification il y a plus de 4 ans.
Article : Food and beverage advertising during children’s television programming
  • 1 1 1
  • Auteurs
    P. Scully, A. Macken, D. Leddin, W. Cullen, C. Dunne, C. O. Gorman
  • Année de publication
    2014
  • Journal
    Irish Journal of Medical Science (1971 -)
  • Abstract (dans sa langue originale)

    Background Increasing prevalence of overweight and obese children in developed countries poses a substantial threat to long-term health. One well-described factor is the amount of time spent watching television, with exposure to food advertising a known influence on food preferences and consumption patterns.
    Aims Following recent formulation of new rules regarding advertising of food during children’s programming, we sought to examine the advertising content in childrenspecific television broadcasts on Irish television.
    Methods Advertisement content analysis for 5 weekdays of children-specific television broadcasting from 0700 to 1700 hours on Irish television was performed. Data were coded and transferred to SPSS for analyses. Food and beverage advertisements were coded based on type of product, nutritional content, intended age group and outcome.
    Results 322 advertisements were broadcast during the recording period. 31 % (n = 101) of advertisements related to food or beverage products with 66.3 % (n = 68) of food advertisements being for foods that should be eaten in moderation. The most frequently recorded food advertisement was for fast food products (27.3 %, n = 24), followed by sweets/candy (21.6 %, n = 19) and dairy products (17.0 %, n = 15). The most frequently recorded beverage advertisement was for natural orange juices (46.2 %, n = 6). 54.7 % (n = 176) of advertisements were adult specific with 27.3 % (n = 88) being children specific.
    All food and beverage advertisements were associated with a positive outcome (n = 322).
    Conclusions These results demonstrate that food and beverages depicted in advertisements during children’s programming are predominantly unhealthy foods with high salt and sugar contents. The findings from this study again highlight the ongoing need for new rules regarding food advertising in children’s programming.

  • Identifiant unique
    10.1007/s11845-014-1088-1
  • Accéder à la référence
  • Apparait dans la controverse
    La publicité exploite-t-elle notre inconscient ?
  • Comment les contributeurs jugent la qualité scientifique de cette référence :

    0
    1
    0
    0
    0
  • La publicité exploite-t-elle notre inconscient ? Oui ou Non
    0
    0
    0
    0
    0