Titre de l'article

Impact du cycle menstruel sur l'hippocampe d'une femme

Expériences de l'article

Les scientifiques ont suivi une personne de sexe féminin de 32 ans au cours de 2 cycles menstruels. Pendant cette période, des prélèvements réguliers ont été effectués pour suivre son taux d'hormones dans le sang et elle a aussi effectué 30 sessions en IRM pour voir si des modifications cérébrales pouvaient être détectées au cours de ces cycles menstruels.

Résultats de l'article

L'étude montre qu'il y a une corrélation entre le taux d'oestrogène sanguine, en particulier pour la période entourant l'ovulation, et des modifications au niveau de la structure d'une zone sur laquelle ils se sont concentrés et qui est souvent liée à la mémoire à long-terme: l'hippocampe.

Rigueur de l'article

Cette étude présente plusieurs lacunes:

  • il n'y a qu'un sujet étudié sur seulement deux cycles menstruels. Il faudrait confirmer ce résultat avec plus de personnes et sur une période plus longue pour confirmer la validité du résultat
  • comme souvent, il s'agit d'une corrélation et il faudrait des études supplémentaires, avec des modèles animaux par exemple, pour confirmer le lien causal entre le taux d’œstrogènes sanguines et des modifications de l'hippocampe.
  • on ne sait malheureusement pas chez le sujet étudié si ces modifications structurelles induisent aussi des variations comportementales en lien avec les fonctions assurées par l'hippocampe ou s'il s'agit simplement de variations physiologiques qui n'impactent pas directement le comportement
  • pour assurer que ce phénomène est spécifique, il serait aussi intéressant de voir si des variations similaires en lien avec les taux de testostérone notamment sont observables chez les hommes
Ce que cet article apporte au débat

Cet article montre que le cycle menstruel féminin a un impact sur la structure de certaines zones du cerveau et potentiellement donc aussi sur les fonctions qu'elles assurent.

Remarques sur l'article

Les auteurs se sont concentrés sur l'hippocampe mais on peut se demander si d'autres aires du cerveau ne sont pas elles aussi affectées par le cycle menstruel.

Publiée il y a presque 4 ans par N. Clairis.
Dernière modification il y a presque 4 ans.
Article : In-vivo Dynamics of the Human Hippocampus across the Menstrual Cycle
  • 1 1
  • Auteurs
    Claudia Barth, Christopher J Steele, Karsten Mueller, Vivien P. Rekkas, Katrin Arélin, Andre Pampel, Inga Burmann, Jürgen Kratzsch, Arno Villringer, Julia Sacher
  • Année de publication
    2016
  • Journal
    Scientific Reports
  • Abstract (dans sa langue originale)

    Sex hormones fluctuate during the menstrual cycle. Evidence from animal studies suggests similar
    subtle fluctuations in hippocampal structure, predominantly linked to estrogen. Hippocampal
    abnormalities have been observed in several neuropsychiatric pathologies with prominent sexual
    dimorphism. Yet, the potential impact of subtle sex-hormonal fluctuations on human hippocampal
    structure in health is unclear. We tested the feasibility of longitudinal neuroimaging in conjunction
    with rigorous menstrual cycle monitoring to evaluate potential changes in hippocampal microstructure
    associated with physiological sex-hormonal changes. Thirty longitudinal diffusion weighted
    imaging scans of a single healthy female subject were acquired across two full menstrual cycles. We
    calculated hippocampal fractional anisotropy (FA), a measure sensitive to changes in microstructural
    integrity, and investigated potential correlations with estrogen. We observed a significant positive
    correlation between FA values and estrogen in the hippocampus bilaterally, revealing a peak in FA
    closely paralleling ovulation. This exploratory, single-subject study demonstrates the feasibility of a
    longitudinal DWI scanning protocol across the menstrual cycle and is the first to link subtle endogenous
    hormonal fluctuations to changes in FA in vivo. In light of recent attempts to neurally phenotype single
    humans, our findings highlight menstrual cycle monitoring in parallel with highly sampled individual
    neuroimaging data to address fundamental questions about the dynamics of plasticity in the adult
    brain.

  • Identifiant unique
    10.1038/srep32833
  • Accéder à la référence
  • Apparait dans la controverse
    Y-a-t-il de réelles différences innées entre les cerveaux masculins et féminins ?
  • Comment les contributeurs jugent la qualité scientifique de cette référence :

    0
    0
    0
    1
    0
  • Y-a-t-il de réelles différences innées entre les cerveaux masculins et féminins ? Oui ou Non
    0
    0
    0
    0
    0