Titre de l'article

La distance entre Mars et Vénus: mesure des différences de personnalités entre les sexes

Expériences de l'article

Les chercheurs utilisent le questionnaire 16PF qui est un test de personnalité établi par des psychologues dans les années 1940 permettant de classifier 16 différents types de personnalités et souvent utilisé dans des tests de recrutement. Ils font passer ce test à 10 26 personnes aux Etats-Unis afin de voir s'il y a des différences en moyenne en terme de personnalité entre les sexes.

Résultats de l'article

L'article est sans appel: il délimite des patterns très clairs entre hommes et femmes précisant qu'il n'y a que 10% de chevauchement entre hommes et femmes dans ce test.

Rigueur de l'article

Cela étant dit, le test étant fait uniquement sur des personnes d'âge adulte, on ne pourra pas dire si les différences observées sont liées à des différences de conditionnement social au cours du développement ou vraiment à des différences intrinsèques au fait d'appartenir à tel ou tel sexe.

Ce que cet article apporte au débat

Cet article souligne qu'il existe des différences notables en terme de personnalités entre hommes et femmes lesquelles devraient a priori se refléter dans le cerveau. Cela ne nous dit pas cependant si ces différences sont liées au fait d'avoir grandi dans des sociétés où hommes comme femmes sont baignés de stéréotypes sur chaque sexe ou si ces différences sont vraiment liées au fait intrinsèque d'avoir deux chromosomes X ou un X et un Y à la naissance.

Publiée il y a environ 3 ans par N. Clairis.
Dernière modification il y a environ 3 ans.
Article : The Distance Between Mars and Venus: Measuring Global Sex Differences in Personality
  • 1 1
  • Auteurs
    Marco Del Giudice, Tom Booth, Paul Irwing
  • Année de publication
    2012
  • Journal
    PLoS ONE
  • Abstract (dans sa langue originale)

    BACKGROUND:
    Sex differences in personality are believed to be comparatively small. However, research in this area has suffered from significant methodological limitations. We advance a set of guidelines for overcoming those limitations: (a) measure personality with a higher resolution than that afforded by the Big Five; (b) estimate sex differences on latent factors; and (c) assess global sex differences with multivariate effect sizes. We then apply these guidelines to a large, representative adult sample, and obtain what is presently the best estimate of global sex differences in personality.

    METHODOLOGY/PRINCIPAL FINDINGS:
    Personality measures were obtained from a large US sample (N = 10,261) with the 16PF Questionnaire. Multigroup latent variable modeling was used to estimate sex differences on individual personality dimensions, which were then aggregated to yield a multivariate effect size (Mahalanobis D). We found a global effect size D = 2.71, corresponding to an overlap of only 10% between the male and female distributions. Even excluding the factor showing the largest univariate ES, the global effect size was D = 1.71 (24% overlap). These are extremely large differences by psychological standards.

    SIGNIFICANCE:
    The idea that there are only minor differences between the personality profiles of males and females should be rejected as based on inadequate methodology.

  • Identifiant unique
    10.1371/journal.pone.0029265
  • Accès libre
    Accéder à la référence
  • Apparait dans la controverse
    Y-a-t-il de réelles différences innées entre les cerveaux masculins et féminins ?
  • Comment les contributeurs jugent la qualité scientifique de cette référence :

    0
    0
    0
    0
    0
  • Y-a-t-il de réelles différences innées entre les cerveaux masculins et féminins ? Oui ou Non
    0
    0
    0
    0
    0