Titre de l'article

Le potentiel de création d'habitat des éoliennes de mer.

Introduction à l'article

De plus en plus de parcs éoliens offshores sont mis en place dans le littoral du Royaume-Uni, des Pays-Bas, de l’Allemagne et du Danemark. Cependant, les éoliennes de mer sont sujettes à des évaluations sur l’impact environnemental imposée par l’Union Européenne. Il y a donc eu de nombreuses études portant sur le potentiel impact environnemental de ces dernières. Ces études sont centrées sur l’idée que la mise en place de ce type d’éoliennes entraîne une destruction des fonds marins. Cependant, il est également nécessaire d’étudier les bénéfices environnementaux liés à la mise en place d’éoliennes de mer comme la création de nouveaux habitats. Cette étude consiste donc à déterminer le potentiel de création d’habitat issues de l’installation d’éoliennes offshores et de leurs fondations. Cette création d’habitat entraîne l’émergence de zones biologiquement importantes et ainsi la possibilité d’augmenter la productivité marine pour compenser une perte autre part.

Expériences de l'article

Cette étude rassemble un large éventail d'informations descriptive sur les éoliennes des parc éoliens offshores du Royaume-Uni. A ces données sont ajoutés des informations issues d’études réalisées sur la colonisation de milieux autour d’éoliennes offshores et de plates-formes pétrolières, ainsi que des informations sur le succès des récifs artificiels. Ce qui a permis une évaluation quantitative de la surface de la zone perdue et potentiellement gagné après l’installation d’une seule fondation pour un pilier d’éolienne. Cette étude se concentre plus particulièrement sur le potentiel de trois types de protections contre les affouillements (d’une grande importance pour la protection de la base de l’éolienne) à créer différents types d’habitats. Afin de déterminer la surface de la zone gagnée grâce à l’installation des protections contre l’affouillement, certaines hypothèses ont été faites en plus de l’utilisation des données disponibles.

Résultats de l'article

Cette étude démontre qu’il est possible de fournir un certain degré de création d’habitat par l’installation d’une éolienne offshore et de ces protections contre l’affouillement. Au minimum, ces installations peuvent agir comme une compensation contre un habitat perdue, mais avec un aménagement et un design adéquat, elles pourraient entraîner une véritable création d’habitat. En effet, il serait possible de créer des habitats sur mesures permettant d’attirer tel ou tel espèces, ce qui pourrait profiter à l’environnement local et régional, ainsi qu’à l’industrie de la pêche.

Rigueur de l'article

Cet article explique qu’étant donné que l’industrie de l’éolienne offshore est jeune, il n’existe que très peu de données disponibles permettant d’affirmer catégoriquement que les éoliennes associées à leurs protections contre les affouillements puissent agir comme des récifs artificiels. Il est donc nécessaire de réaliser des études supplémentaires permettant des mettre en lien plusieurs facteurs pouvant impacter sur le potentiel de création d’habitat des éoliennes offshores.

Ce que cet article apporte au débat

Cet article nous indique que les parc éoliens offshores pourraient devenir de véritables foyers de biodiversité si leurs designs et leur aménagement est adéquat. Cet argument est extrêmement favorable à la mise en place de ce genre de d’infrastructure alors que la plupart des études précédant celle-ci présentait les parc éoliens offshores comme néfaste pour l’environnement. Il est véritablement nécessaire de réaliser une étude large sur le point de vue écologique et de ne pas occulter les possibles bénéfices liés à l’anthropisation d’un milieu car ils pourraient être conséquent dans divers domaines.

Publiée il y a plus de 2 ans par M. Varoqui.
Dernière modification il y a plus de 2 ans.
Article : The Habitat-creation Potential of Offshore Wind Farms
  • 1
  • Auteurs
    Jennifer C. Wilson and Michael Elliott
  • Année de publication
    2009
  • Journal
    Wind Energy
  • Abstract (dans sa langue originale)

    Offshore wind farms are the subject of environmental impact assessments in which potential adverse effects are identified and quantified. Those impacts will then require to be mitigated through appropriate design, construction and operation methods. Where environmental impacts cannot be mitigated, operators would be required to compensate the environment or its users for any actual or potential damage. The present study shows that the placement of offshore wind turbines gives the potential for habitat creation, which may thus be regarded as compensation for habitat lost. Using current design criteria and construction methods, the analysis here indicates that the net amount of habitat created by the most common design of offshore wind turbine, the monopile, is up to 2.5 times the
    amount of area lost through the placement, thus providing a net gain even though the gained habitat may be of a different character to the one that lost. Hence, the study raises important issues for marine nature conservation managers. The study also provides suggestions for further work in order to increase the empirical evidence for the value of mitigation, compensation and habitat creation. Copyright © 2009 John Wiley & Sons, Ltd.

  • Identifiant unique
    10.1002/we.324
  • Accéder à la référence
  • Apparait dans la controverse
    Les parcs éoliens offshore : favorables ou néfastes pour l'ichtyofaune ?
  • Comment les contributeurs jugent la qualité scientifique de cette référence :

    0
    0
    0
    1
    0
  • Les parcs éoliens offshore : favorables ou néfastes pour l'ichtyofaune ? Favorable ou Néfaste
    0
    1
    0
    0
    0