Titre de l'article :

"Lire" le cerveau d'enfants malaisiens en réaction à de la publicité télévisuelle sur de la nourriture et des boissons


Introduction à l'article :

Les auteurs rappellent dans leur introduction que plusieurs études ont montré une augmentation drastique de l'obésité, en particulier de l'obésité infantile, au cours des dernières décennies et ce dans plusieurs régions et dans plusieurs pays du globe. La Malaisie est le pays avec le plus fort taux d'obésité infantile en Asie du Sud Est, avec une prévalence de 22.5% chez les garçons et 19.1% chez les filles de moins de 20 ans. Il s'agit d'un problème sérieux car l'obésité infantile est souvent liée à du diabète et des problèmes cardiovasculaires chez l'adulte.
Les publicités alimentaires à la télévision sont régulièrement accusées de promouvoir la consommation d'aliments gras et sucrés qui ne sont pas excellents pour la santé, du moins en excès.
Jusqu'à 12 ans, les enfants ont rarement un regard critique sur les publicités et, de ce fait, sont très facilement influencables par la télévision dans leurs comportements.
(adaptation de l'introduction de l'article)

Expériences de l'article :

L'étude a été menée sur 402 enfants scolarisés en école primaire à Kuala Lumpur (56.7% de filles, répartition égale entre les différents groupes ethniques de Malaisie: 31.1% chinois, 30.6% indiens, 38.3% malaisiens). Les enfants sélectionnés pour l'étude devaient:

  • regarder la télévision au moins une demi-heure par semaine
  • être en bonne santé physique et mentale
  • ne pas avoir 2 enfants issus de la même famille pour éviter de prendre ce paramètre en compte dans l'étude Plusieurs photos ont été montrées aux enfants et ils devaient ensuite répondre à un questionnaire leur demandant par exemple s'ils avaient déjà vu l'aliment dans une publicité ou non, s'ils aimeraient consommer l'aliment ou non, etc. Une personne étant là pour les aider à répondre et les encadrer au cours du remplissage du questionnaire.
Résultats de l'article :

L'étude montre que plus les enfants sont âgés, moins les publicités vont les influencer, suggérant que plus leur conscience, leur sceptiscisme et leurs défenses cognitives se développent, moins ils seront influencables par la publicité.
Les auteurs montrent aussi une corrélation entre le temps passé à regarder la télévision chaque semaine et le fait de consommer de la nourriture qui n'est pas saine, en particulier quand des personnages appréciés des enfants (super-héros de dessin-animé notamment) qu'ils regardent y apparaissent.
Les auteurs constatent aussi que parmi les 3 groupes ethniques étudiés, les chinois semblent beaucoup moins vulnérables aux publicités. Les auteurs supposent que cela pourrait être dû à un accent fort mis sur l'éducation dans les familles chinoises en Malaisie où le temps passé à regarder la télévision est aussi le plus faible des 3 groupes ethniques (p.value<0.05).

Rigueur de l'article :
  • On peut déjà rappeler encore une fois qu'il s'agit plus de corrélations que d'effet causal et, comme le cas particulier des familles chinoises le souligne, on pourrait argumenter que d'autres facteurs que la télévision entrent en jeu dans les préférences alimentaires des enfants: l'éducation parentale (si les parents disent à leurs enfants que tel aliment est bon ou pas pour eux), l'influence sociale (voir d'autres enfants désirer des aliments peut engendrer un désir par mimétisme), etc.
  • Il s'agit, de plus, d'une étude large (402 enfants) mais spécifique à la ville de Kuala Lumpur en Malaisie, et, bien évidemment, elle ne prend de sens pour l'humanité qu'en la mettant en parallèle à d'autres études faites à travers le monde.
Ce que cet article apporte au débat :

Cet article souligne que les publicités à la télévision influencent nos comportements quand à nos préférences alimentaires.
Il rappelle en outre que les enfants (moins de 12ans) sont bien plus vulnérables que les adultes à ce genre de publicités car ils n'ont pas encore acquis de capacité à prendre du recul et un regard critique sur ce que la télévision, et surtout la publicité, leur présente. De ce fait, ils forment dès leur plus jeune âge des préférences alimentaires pouvant très tôt ou plus tard mené à de l'obésité et donc à des problèmes de santé.

Publiée il y a presque 5 ans par N. Clairis.
Dernière modification il y a plus de 4 ans.