Titre de la review

Pourquoi prendre en compte le sexe est important en neurosciences?

Résumé de la review

Une littérature bourgeonnante décrit le rôle du sexe sur l'anatomie, la chimie et le fonctionnement du cerveau. Cet article met l'accent sur les découvertes les plus intriguantes et leurs implications. Prendre en considération les effets liés aux différences sexuelles peut aider à expliquer des résultats apparemment contradictoires. La recherche sur l'influence du sexe est nécessaire pour pleinement comprendre tout un tas de maladies cérébrales avec des différences sexuelles dans leur incidence et/ou leur nature. La quantité et la diversité impressionantes d'influences liées au sexe dans le fonctionnement du cerveau indiquent que l'hypothèse toujours très répandue que l'influence du sexe est négligeable ne peut plus être justifiée et retarde probablement le progrès dans notre domaine (les neurosciences).
(traduction approximative du résumé original)

L'auteur rappelle que, bien que beaucoup considèrent l'influence du sexe comme négligeables, peu d'études ont réellement vérifié cette hypothèse.
Il ajoute que beaucoup pensent que seules les hormones circulantes à l'âge adulte entrent en jeu dans ces différences, or les hormones ont un fort rôle durant le développement et altèrent ainsi la structure et les réseaux cérébraux pendant la vie adulte.
Il critique ceux qui prétendent que, parce qu'il y a de fortes différences entre personnes du même sexe, les différences entre les sexes seraient négligeables, ce qui n'a aucune valeur scientifique alors qu'il existe des outils statistiques fiables qui permettent justement de comparer les différences dans un même groupe (même sexe) par rapport aux différences entre groupe (entre sexes). A titre d'exemple, une pomme rouge sera très différente en apparence d'une pomme verte, par la couleur, elle n'en restera pas moins une pomme, alors qu'une fraise rouge et une poire verte ne seront pas considérées comme des pommes, alors même que leur couleur est plus proche de celle de la pomme. Pourquoi? Tout simplement parce que le critère de la couleur n'est pas celui qui définit d'être ou non une pomme. De même, certains exploitent certaines différences dans un même sexe afin de dire que toutes les différences entre sexes sont négligeables, mais il s'agit là d'un abus et non d'un véritable raisonnement scientifique.
L'auteur rappelle aussi que des systèmes cérébraux différents dans leur structure ou leur fonctionnement peuvent donner le même comportement (phénotype).
L'auteur précise aussi que dans plusieurs pathologies (maladie d'Alzheimer, stress post-traumatique, anxiété, schizophrénie, sclérose en plaques, autisme, addiction, fibromyalgie, déficit de l'attention, syndrome de l'intestin irritable, maladie de Gilles de la Tourette, troubles de l'alimentation), le sexe semble jouer un rôle et que des différences biologiques pourraient être la raison de ces différences.

Rigueur de la review

Cette review date de 2006 et, ne peut donc pas prendre en compte tous les travaux ultérieurs.

Cette review veut faire un focus sur les différences biologiques (structurales, chimiques) entre les sexes pour les rappeller et les souligner afin de lutter contre l'hypothèse communément admise par la communauté scientifique que le sexe est un caractère souvent négligeable sans vérification préalable. De ce fait, elle ne parle pas du tout de tous les cas où les différences entre les sexes sont purement ou principalement culturelles. Elle n'évoque pas non plus les cas où les différences entre les sexes sont effectivement négligeables, car ce n'est pas son but.

Ce que cette review apporte au débat

Cette review, très accessible et facile à lire, permet d'avoir une vue globale sur les différences biologiques entre les sexes (en l'état des connaissances en 2006 quand elle fût écrite). Elle rappelle aussi que:
1) les hormones ont un fort rôle durant l'adolescence ce qui participe à créer des différences structurales, chimiques et fonctionnelles entre les cerveaux des hommes et des femmes à l'âge adulte
2) le cycle menstruel et le niveau d'hormones associé peut jouer un rôle dans des tâches verbales, spatiales et dans des tâches de mémorisation (avec des différences de performance selon le moment du cycle chez les femmes alors que chez les hommes où, a priori, il n'y a pas vraiment de cycle menstruel (mais plus un cycle quotidien) les performances sont plus homogènes au cours d'un mois)
3) les hommes et les femmes peuvent avoir des comportements similaires, mais basés sur des systèmes nerveux différents.

Figure
Légende :

Illustration représentant les différences de taille de plusieurs aires cérébrales entre les sexes. Ce résultat a été obtenu en analysant les IRMs de 45 cerveaux tirés d'un échantillon de 27 hommes et 21 femmes. Pour chaque sexe, la taille de chaque région a été déterminée relativement au volume du cervelet. Ces différences seraient liées à l'influence des hormones sexuelles à des moments clés du développement.
(Figure adaptée de Why sex matters for neuroscience de Larry Cahill, 2006 et tirée des données acquises par Goldstein et al. dans Normal Sexual Dimorphism of the Adult Human Brain Assessed by In Vivo Magnetic Resonance Imaging)

Publiée il y a plus de 5 ans par N. Clairis.
Dernière modification il y a plus de 5 ans.
Review : Why sex matters for neuroscience
  • 1 1
  • Auteurs
    Larry Cahill
  • Année de publication
    2006
  • Journal
    Nature Reviews Neuroscience
  • Abstract (dans sa langue originale)

    A rapidly burgeoning literature documents copious sex influences on brain
    anatomy, chemistry and function. This article highlights some of the more intriguing recent
    discoveries and their implications. Consideration of the effects of sex can help to explain
    seemingly contradictory findings. Research into sex influences is mandatory to fully
    understand a host of brain disorders with sex differences in their incidence and/or nature.
    The striking quantity and diversity of sex-related influences on brain function indicate that
    the still widespread assumption that sex influences are negligible cannot be justified, and
    probably retards progress in our field.

  • Identifiant unique
    10.1038/nrn1909
  • Accéder à la référence
  • Apparait dans la controverse
    Y-a-t-il de réelles différences innées entre les cerveaux masculins et féminins ?
  • Comment les contributeurs jugent la qualité scientifique de cette référence :

    0
    0
    0
    1
    0
  • Y-a-t-il de réelles différences innées entre les cerveaux masculins et féminins ? Oui ou Non
    0
    1
    0
    0
    0